Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
En ligne
avatar
❁ lama gladiateur ❁
❁ lama gladiateur ❁
personnage
postes : 557
informations
postes : 557

flying days and child's plays (atom) :: Mar 3 Avr - 17:11


« aaaaattention, chaud devant, chaud devant ! » une main sur l’une des roues de mon fauteuil, l’autre entourant la taille d’Atom, j’évite dans la folle course une grand-mère promenant son p’tit caniche et celle-ci nous lance un regard des plus outragé. Bon, même si, en soit, il est peut-être vrai qu’elle n’est possiblement pas totalement tort de nous le lancer, vu que de foncer à toute allure avec un fauteuil en plein trottoir rempli de monde n’est peut-être pas l’idée la plus responsable qu’il soit… mais franchement ? Voilà bien quelque chose dont je me fiche totalement. L’euphorie de ce moment avec elle, de l’avoir près de moi, je suppose… et j’avoue que, en voyant la face de cette mamie bcbg voulant à elle toute seule dire “je vous juge, jeunes garnements”, bah… j’ai pas pu m’empêcher de rire. « oulaaaa, elle était pas contente, celle-là » je lance à Atom d’un ton amusé, l’insolence dans le sourire, l’amusement dans le regard. Voilà près de trois heures qui se sont écoulées depuis que je suis allée la chercher à l’université, et il n’avait pas fallu bien longtemps avant que les choses ne finissent en fous rires et autres pitreries. Et cette fois-ci, aucun hôpital et autre ambiance aseptisée pour noircir le tableau, aucun personnel médical pour nous séparer, ne rendant nos jeux d’enfants que plus insouciants encore. Et lorsqu’est revenu le sujet de ce petit tour de fauteuil que j’avais pu lui offrir, cette autre fois, à l'hôpital… je n’ai pas résisté à la tentation de lui proposer un autre petit voyage. Au départ plutôt dubitative, certainement dû au fait que cette fois-ci… nous n’étions pas seuls, la petite choute s’est finalement laissé convaincre. Et depuis, nous voilà cavalant les rues à toute allure, évitant les passants, riant de leurs réactions et de l’absurdité de notre jeu. Le coeur léger, le sourire aux lèvres et toutes mes pensées tournées vers elle et ce moment passé tous les deux, y’a pas à dire : j’me sens bien, là, avec elle. La cavale continue et continue, jusqu’à ce que je m’arrête soudainement, resserrant au passage mon étreinte pour être sûre que l’arrêt sec ne la fasse pas tomber. Et d’un ton volontairement si enjoué qu’il en paraîtrait presque complètement teubé, je m’exclame « Oooooh, regarde, des glaces ! Tu veux une glace ? Mais oui, tu veux une glace. » en effet, à côté de nous - parce que j’ai bien sûr géré l’arrêt comme un pro - se trouvait la petite boutique d’un glacier ayant l’air ma foi tout à fait cool et charmant. Du coup, ni une, ni deux, sans même lui laisser vraiment le temps de réagir, j’entre dans la boutique, tonnant un grand et joyeux « bonjour ! » à la cantonade à l'intérieur, sourire vacillant entre la fierté et l’espièglerie, moi-même amusé du fait d’entrer dans un magasin avec une crevette sur mes genoux. Et si les regards ne tardent pas à se poser sur nous, cette fois, contrairement à notre précédente cavale, ils ont l’air majoritairement plus amusé par la situation qu’autre chose. Au comptoir, je laisse bien évidemment Atom choisir les parfums qu’elle souhaite avant de choisir les miens - cerise et nougat - et de payer le tout. « qu’est-ce que tu préfères, crevette ? On s’arrête chez ces charmants personnages ou on vole vers de nouveaux horizons ? » je lui demande ensuite en s’éloignant du comptoire, puisqu'ils ont également des places où s'assoir, avant de goûter ma glace. « eeeeeh, mais c’est que c’est bon, ce truc ! » genre, je découvre ce que c’est une glace, vous allez dire, mais vous êtes justes des mauvaises langues. C’est la première fois que je fous les pieds chez ce glacier, moi, eh. Sans attendre, j'emmène la glace juste sous le nez d’Atom tout en s'exclamant « Tiens, goûte, tu vas voir ! » … et jeune naïve qu’elle est, la voilà qui goûte. Grave erreur, ma belle, grave erreur : ni une, ni deux, un petit coup de bras plus tard et paf, voilà qu’elle en a plein le pif ! Un rire incontrôlable ne se fait pas attendre pour sortir de mes lèvres, beaucoup trop fier de ma facétie et amusé de la situation. « Quoi ? C’est pas comme ça que ça se mange, une glace ? B’oooh, mais je croyais, moi... » je lance, tentant l’innocence dans mes excuses. Bien piètre tentative vu le sourire malin que je ne parviens pas à défaire de ma face... que voulez-vous… je suis un homme faible !

@Atom Blackburn shift
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
❁ pingouin viking ❁
❁ pingouin viking ❁
personnage
postes : 306
informations
postes : 306

Re: flying days and child's plays (atom) :: Mer 4 Avr - 22:01


flying days and child's plays.
La folie dans les yeux. Les lippes étirés devant ce spectacle. Assise sur les genoux de Nicholas. A rouler avec fougue tel des formules 1 sur les trottoirs. Provoquant parfois la colère de certains passants. Mais Atom elle riait de tous ces gens au regard réprobateur. Trop vieux pour comprendre. Trop hautain pour connaître. Parce que c’était si bon cette sensation d’adrénaline. A la fois cette frayeur constante de s’écraser quelques parts et d’avoir mal. Mais aussi cette vitesse qui lui caressait le visage. Elle aimait ça la gamine. Sans doute qu’ils avaient l’air ridicule. Qu’ils attisaient le mépris des gens à ainsi s’amuser et aimer la dangerosité du truc. C’était comme des montagnes russes pour Atom. Ca lui faisait bouger son estomac elle adorait ça. Et par-dessus tout, elle était avec Nicholas. Qui aurait cru qu’il lui ferait découvrir de telles sensations. Finalement elle trouvait qu’il y avait des avantages à ce qu’il soit en fauteuil roulant. Comment fera-t-il lorsqu’il retrouvera l’usage de ses jambes. La portera-t-il sur son dos. Y’avait moyen de négocier c’était certain. Une dame les regarde, presque choquée. Il n’y avait rien de surprenant dans leur manège, juste de l’amusement et des rires en folie. Et Atom n’était pas la seule à avoir remarqué le regard désagréable de la femme. Nicholas l’évoqua. Elle rit Atom. « Trop vieille pour comprendre. » Ou peut-être était-elle jalouse. Jalouse d’Atom de ne pouvoir tester les genoux de Nicholas. Ni même la possibilité de goûter aux plaisirs d’un voyage sur la compagnie Nicholas Airline. C’était donc ça. « En fait, j’crois qu’elle est jalouse. » Y’avait de quoi, quand on voyait le visage de la jeune fille. Tout pétillant, c’était comme si on avait céder aux caprices d’une petite fille en allant à disneyland. Atom avait la même joie. C’était des sensations presque nouvelles pour elle qui ne pouvait avoir le plaisir de faire jouer trop souvent avec son cœur. L’adrénaline elle évitait bien qu’elle aimait s’y frôler. Et là, c’était accessible. C’était le graal qu’on lui servait sur un plateau. La course continue. Zigzaguant à travers les gens. Puis Nicholas il s’arrêta devant un marchand de glace. Le gamin. Il avait besoin de sa petite glace. En réalité Atom elle n’aimait pas trop ça les glaces. Enfin elle n’aimait que les goûts bizarres. Parce que ça faisait trop froid. Parce que c’était parfois écœurant. Mais devant l’impatience de son ami, elle ne fit pas la difficile. Surtout qu’elle n’avait pas eu son mot à dire, ils étaient déjà dans la boutique. Atom toujours sur ses genoux. Pas gênée le moins du monde. Au contraire tout sourire. Elle en était fière de ce siège. Sauf qu’elle dû quitter ce fameux siège improvisé afin de jeter un œil sur les parfums. En plus de ça, c’était lui qui régalé. Alors bien sûr qu’elle allait se faire un plaisir de le ruiner. La vilaine. Il avait vraiment cette bouille trop mignonne lorsqu’il s’adressa au marchand. Il était vraiment craquant (quel mot niais). Puis elle s’arrêta de le fixer pour également prendre commande. « Alors j’aimerais une boule au yaourt et une autre aux spéculoos. Et si possible avoir la boule aux spéculoos au-dessus. Et euh. Je prendrais un verre d’eau avec ça. Merci ! » Atom elle ne fait pas dans le simple. Non faut qu’elle fasse chier son monde. Mais elle avait ses habitudes la princesse. Et une fois servie elle retourna auprès du policier qui lui demandait ce qu’elle préférait. Alors déjà, un : « j’suis pas une crevette. » qu’elle lâche avec une moue boudeuse. A les entendre les deux, c’était des enfants. Et deux. « Ici, j’ai trop peur de faire tomber ma boule de glace dans la rue. » Ca lui était arrivé tellement de fois. Voilà aussi pourquoi elle n’était pas trop friand de ces choses-là. Elles ne restaient jamais dans le cornet. Puis si ce n’était pas la boule qui tombait par terre, c’était la glace fondue qui dégoulinait le long de son bras. Elle voulait éviter tout risque. C’était plus sage de s’installer. Et c’est ce qu’ils firent. Elle attendit de s’asseoir avant de goûter à sa boule aux spéculoos du bout de sa langue. C’était froid. Ce qui se vit immédiatement sur son visage avec cette petite grimace. Atom elle rigole devant le comportement de Nicholas. « T’es pire qu’un gosse. » Qu’elle lui fit remarquer. Mais sans doute, elle n’aurait peut-être pas du lui dire ça… Il vint vers elle avec sa glace afin qu’elle goûte. Alors elle s’approche. Ce qui est tout à fait normal. Ca avait l’air bon, il avait raison. Mais c’te débile, il lui fout la glace dans le visage. Et dans les trous de nez par la même. Elle est surprise. Et sur le moment elle ne sait pas comment agir à part retirer la glace de son visage avec sa main bien sûr. Il y avait des tonnes de serviettes sur la table, fallait qu’elle prenne sa main. Elle le détestait. Avec un regard tueur, elle l’égorge sur place. « T’es con. » Elle pose sa glace et continue de se nettoyer le visage. C’était drôle, oui. Mais pas quand on faisait ça sur elle. La vengeance est un plat qui se mange froid. Le visage enfin propre elle continue de manger délicatement sa glace. Ignorant avec talent son ami. Détournant à chaque fois le regard. Elle était là, entrain de vous faire mesdames et messieurs, son fameux faux-boudage. Faux parce qu’il y avait ses lèvres qui menaçaient toujours de lever. Et c’était dure de résister à tel point qu’elle capitula. Elle lui reparla. « J’espère que tu savoures ta glace puisque tu en as gâché la moitié sur moi. » Une vraie gamine qui prenait plaisir à manger tout doucement sa glace devant lui. « La mienne est délicieuse. Mais je ne t’en donnerais pas. » Puis finalement, elle réfléchit quelques instants. Elle devait mettre son plan à exécution. « T’as soif ? » Demanda-t-elle le plus naturellement possible. Elle attrapa son verre d’eau. Mais elle ne lui donna pas. Oh non. Elle lui renversa sur la tête. « Bah quoi ? C’est pas comme ça qu’on boit de l’eau ? » L’air surprise. Tandis que les regards se retournent parfois vers eux. Un vrai chef d’œuvre à eux deux.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
❁ lama gladiateur ❁
❁ lama gladiateur ❁
personnage
postes : 557
informations
postes : 557

Re: flying days and child's plays (atom) :: Jeu 5 Avr - 20:59


La vitesse contrôlée, le vent dans les cheveux, les passants évités avec justesse, les regards aussi outrés qu’intrigués et le sourire aux lèvres… pas de doute, l’adrénaline est bien là, me piquant la peau et me soulevant le coeur dans une chaleur agréable. Mais quelque part, je suis parfaitement conscient que ce n’est pas seulement ça, qui me fait me sentir aussi bien. Jamais cette course n’aurait été si légère si elle n’avait pas été là. Atom. Assise sur mes genoux, elle s’accroche la crevette, et son rire transperce l’air avec éclat à chaque nouvelle pirouette, à chaque nouvel obstacle évité. Et à chaque fois, il me donne envie d’aller encore plus loin dans les conneries, simplement pour pouvoir l’entendre à nouveau. Au plus grand damne des passant, je pense, surtout cette petite vieille qu’on dépasse rapidement, vu le regard on ne peut plus réprobateur qu’elle nous lance… mais ni Atom ni moi y portons grande attention, au contraire, même, puisqu’au final, le courroux de cette mamie nous aura bien fait rire. Atom suggère qu’elle doit être trop vieille, et surtout jalouse, et ses théories me décrochent un rire, tandis que j'acquiesce à son idée. « oh, ça a du sens ! Jamais, de sa vie, elle a dû voir pareil bolide ! » ah bah ça, la course en fauteuil roulant, c’est pas tout le monde qui connaît, seulement les VIP, seulement les meilleurs ! Du coup, forcément, ça sous-entend qu’elle ne fait pas partie des meilleurs et du coup, bam, la jalousie arrive ! Dommage pour elle, parce que nous, en tout cas, on s’amuse bien ! Zigzagant entre les passants, driftant dans les virages pour changer de rue et riant de plus belle à chaque nouveau regard surpris, finalement, la course s’arrête lorsqu’on croise un glacier qui m’attire l’oeil. Ah ça, mon côté estomac sur pattes vient de parler et on ne me refera pas, c’est sûr. Et puis des bonnes glaces, ça nous fera pas de mal ! Ni une, ni deux, je profite de mon statut de chauffeur - ou de pilote - pour entrer dans la boutique sans ménagement, Atom toujours sur mes genoux. Les regards se posent sur nous, mais encore une fois, la situation nous fait plus rire qu’autre chose, et puis, les gens autour aussi ont l’air d’être amusés, cette fois… Surement parce qu’on est pas à deux doigts de leur foncer dessus. « on veut des glaces ! » j’annonce, joyeux, au glacier une fois arrivés près du comptoir, tandis qu’Atom se lève pour observer les parfums. J’annonce à l’homme ceux que moi, je prendrais, blaguant un peu avec lui au passage, puis tourne me tourne vers Atom pour qu’elle prenne son tour. Nos regards se croisent, et je ne sais pas trop si c’est parce qu’elle me regardait ou si c’est parce qu’on s’est tourné l’un vers l’autre au même moment, mais, dans tous les cas, un sourire vient immédiatement étirer mes lèvres. Elle choisit à son tour les parfums qu’elle veut, et je l’observe, amusé. A mi-voix, plus adressée à elle qu’au glacier, je lance dans un air mutin « et attention, hein, la boule au yaourt, elle doit faire exactement treize centimètres de diamètre et celle au spéculoos quatorze et elle devra être à exactement 87° de la boule au yaourt, et sur la droite... Sans oublier les douze copeaux de biscuit dessus, cela va de soi ! Quant au verre d’eau, trente centilitres virgule sept et treize degrés celsius, pas plus, pas moins » je la taquine, bien sûr, parce qu’en réalité, la manière dont elle demande au gars ce qu’elle veut est juste adorable. Elle est servie, je paye le tout, et lorsque le glacier me rend la monnaie, voilà qu’il s’exclame « Et voilà les amoureux ! » ça m’a un peu surpris. Et j’aurais pu le corriger, lui indiquer qu’en vérité, nous ne sommes pas en couple. J’aurais pu, ouais. Mais je ne le fais pas. Au lieu de ça, je lui souris simplement dans un guilleret « merci l’ami ». J’me tourne ensuite vers Atom qui m’avait déjà rejoint, lui souris, puis lui demande si elle préfère qu’on reste dans cette boutique ou qu’on reprenne la course. Mais la demoiselle ne semble pas contente du surnom que j’ai pu lui trouver. « Vraiment ? Quelle déception. J’aime bien, moi, les crevettes. C’est tout petit et tout mignon. » encore et toujours, la malice dans le regard, le sourire mutin et l’air innocent qui se feint. Et puis, la p’tite se décide, et il est ainsi décidé que nous resterons dans cette boutique. « ça marche crevette- ah, bah, non, du coup, pas crevette. Ummh. Ca marche princesse, dans ce cas ! Qu’est-ce que t’en penses ? » Franchement, je vois pas ce qu’elle pourrait retrouver à dire à Princesse, qui ne voudrait pas être une princesse ? Qui sait, ça se trouve, même moi, je rêve secrètement d’en devenir une ! ...ouais, bon, j’ai dis “peut-être”, hein. Bref, on s’installe à une table à laquelle un des employés enleva une chaise pour me permettre de me caler en fauteuil, et honnêtement, je dois le dire : cette glace est super bonne. J’en fais part à Atom, mais voilà qu’elle rit et qu’elle me déclare pire qu’un gosse. Aaaaah, alors c’est comme ça, hein ? « Moi ? Pire qu’un gosse ? Calomnie, calomnie, je suis très mature, moi, madame ! » Plus que très mature, si mature d’ailleurs qu’un petit sourire espiègle naquit déjà sur mon visage lorsqu’une petite idée me vient en tête. Je lui propose de goûter ma glace, et lorsqu’elle s'exécute, PAF d’un petit coup de bras et voilà qu’elle en a partout sur la face ! « Tu vois ? La maturité incarnée » Oui, ça se voit à mon gros sourire fier et à ce rire que j’ai décidément du mal à retenir. Tellement d’ailleurs que quand je vois sa petite bouille pas contente, c’est trop pour moi, et je finis par rire. Je suis con, apparemment, et peut-être a-t-elle raison au final, mais encore une fois, je préfère jouer sur l’innocence en prétextant penser que les glaces se mangent comme ça. Je la regarde, silencieux et amusé, nettoyer son visage puis m’ignorer superbement en savourant sa propre glace. Elle m’ignore, ouais, mais ça m’amuse, et je me gêne absolument pas pour l’observer avec insistance de cet air mutin qui me lâche pas, ni pour aller toquer sa jambe de la seule des mienne qui est encore valide sous la table. J’vois bien qu’elle a du mal à continuer sa bouderie et voilà bien quelque chose qui ne peut que m’amuser plus encore. Finalement, son regard retrouve le mien, et la voilà qui me nargue avec sa glace entière et la mienne à moitié foutue. Je la regarde faire, franchement amusé par ses p’tites manières railleuses, avant de répondre un peu du même ton qu’elle  « oh, mais, pour tout te dire, ça ne la rend que bien meilleure encore » et comme pour prouver mes propos, je pioche à mon tour dans ma glace, toujours en la regardant, le tout dans un petit haussement de sourcils fanfaron. Et lorsqu’elle prétend sa glace meilleure que la mienne, mais déclare qu’elle ne m’en passera pas, je ne retiens pas un éclat de rire. « tu dis ça parce que tu sais que tu gagnerais pas le concours du meilleur goût » eh ouais, que crois-tu, princesse crevette ? On m’la fait pas, à moi, je reste un sujet enquêteur de police, j’t’ai percée à a jour ! Et quand elle me demande si j’ai soif, pendant une p’tite seconde, je fronce un peu le regard dans une suspicion amusée face à sa p’tite bouille d’innocence. C’est pas net, comme proposition… mais n’empêche, parce que j’ai envie de savoir ce qu’elle a en tête, me voilà à acquiescer. « ouais, un peu » et effectivement, j’avais raison : c’était pas net ! La voilà, qui me verse son verre d’eau sur la tête et moi, immobile, je baisse un peu la tête en fermant les yeux, p’tit sourire aux lèvres. Me voilà bien trempé bien comme il faut et lorsqu’elle sort sa p’tite réplique faisant écho à la mienne de tout à l’heure, je ne retiens pas mon rire. « okay, je suppose que celle-là, je l’ai bien mérité » j’admets dans un léger rire. Ca l’amuse, la p’tite, et j’me plais à la regarder toute fière de son manège. Puis, ensuite, je pense à un truc. « Attends, je reviens » une p’tite marche arrière plus tard, je retourne vite fait vers le comptoir et l’homme nous ayant servi quelques instants plus tôt, puis, après avoir obtenu ce que je voulais, je retourne à notre table. Posant tout d’abord mon téléphone sur la table d’un geste désinvolte, sans quitter Atom du regard ni sans quitter mon sourire, je prends alors la petite bouteille d’eau que m’a donnée l’homme, jusque-là calée dans mon fauteuil afin d’avoir les mains libres pour revenir. Je joue un peu avec, avec une innocence volontairement exagérée, puis lance finalement à Atom « quoi ? avec ça, j’ai toujours pas bu, moi ! » bah oui, dis, au final, j’avais vraiment soif, moi, et voilà qu’elle me verse toute l’eau sur la tête… D’un air mutin, regard insolent toujours fixé sur elle, j’ouvre la bouteille, la lève avec un peu de suspens, comme pour lui faire comprendre que sa tête pourrait être visée, mais finalement… c’est sur la mienne que je déverse l’eau, et là, on peut dire que j’suis complètement inondé d’eau. « comme apparemment de me voir trempé te donne le sourire... » je lance avec malice, me passant une main dans les cheveux histoire de ne plus les avoir dans les yeux. J'dois être complètement taré, en fait. Me vider une bouteille d'eau sur la tête juste pour la voir rire. Mais bon, que voulez-vous... On se fait une raison ! Ensuite, enfin, je sors une deuxième bouteille de mon fauteuil, véritable raison de mon tour vers le comptoir, et la lance à la p’tite choute, disant ma force pour qu’elle puisse la rattraper facilement. « tiens, mine de rien à cause de moi, t’as même pas pu la boire, ton eau » non parce que je suppose qu’à la base, quand elle avait demandé un verre d’eau, c’était pas en prévoyant de suite de me faire prendre une douche avec. Ou peut-être que si, qui sait ? « par contre, même si je serais prêt à encore me sacrifier, j’espère quand même qu’elle va pas aussi finir sur ma tête, celle-là... » je lance, sourire sur les lèvres et dans le regard. Non parce que mine de rien, j’suis déjà suffisamment ruisselant comme ça, je pense...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
❁ pingouin viking ❁
❁ pingouin viking ❁
personnage
postes : 306
informations
postes : 306

Re: flying days and child's plays (atom) :: Mer 11 Avr - 23:32


flying days and child's plays.
C’était une après midi où la folie se profilait au bout des lippes. Où les enfantillages se dessinaient à travers des pensées innocentes et amusantes. Ils étaient la parfaite représentation de gamins en quête d’adrénaline. Offrant à Atom la possibilité de goûter ce plaisir-là. Grâce à ce fauteuil qui finalement avait une utilité. Sans doute qu’elle l’aimerait moins son Nicholas sans son fauteuil. C’était ainsi après qu’ils s’étaient connus. Ca lui ferait sans doute bizarre qu’il se retrouve sans ce fauteuil. A marcher normalement, à être plus grand qu’Atom. Mais ce fauteuil c’était juste temporaire. Juste le temps de retrouver l’usage de ses jambes. Et qu’adviendra-t-il après ? Après qu’il aura repris son travail. Qu’il ne passerait plus à l’hôpital ? L’oubliera-t-il ? Sans doute. Au final Atom elle préférait la situation actuelle. Peut-être une pensée égoïste à l’égard de ce jeune homme qui ne cesse de dépasser ses efforts avant de pouvoir à nouveau utiliser ses jambes. Mais depuis qu’elle l’avait rencontré dans cette salle à l’hôpital, Atom elle en avait vécu des trucs. A commerce par cette course sur le trottoir. A effrayer les passants, à les frôler et à l’amuser. Des sensations tellement agréables qu’elle ne ressent que de rares fois. C’était une vraie gamine. Avec son rire enfantin presque trop brillant. Et ses yeux brillant. Et son sourire persécutant. Avec ce visage-là, c’était comme si elle crachait à la figure des autres tout son bonheur. Comme si elle l’étalait devant le monde entier. Et c’était grâce à lui. C’est con, mais rien que de penser ça, ça faisait battre son cœur à vive allure. Puis ils se retrouvent devant un glacier. Nicholas, c’te gamin, il en veut une. Et bien entendu, Atom elle ne refuse pas l’invitation. Alors c’est vrai qu’elle fait un peu sa chieuse au moment où elle commande sa glace. Mais tout simplement parce qu’elle avait ses habitudes de princesses. Alors bien évidemment, elle a le droit à des remarques de la part du jeune homme. Fallait s’y attendre. Elle se qu’elle fait pour répondre à la provocation, elle tire la langue. Très mature dis donc. Certes, il avait commencé mais elle aurait pu trouver mieux. Puis ils sont servis, avec petit commentaire à la clé de la part du glacier qui fait rougir immédiatement la jeune femme. Et pourtant elle fait mine de n’avoir rien entendu. Mais elle est cramée direct avec ce rouge au joue. Atom avait le désavantage d’avoir une peau plutôt pâle. Ainsi dès qu’elle venait à rougir, c’était visible. Egalement, en situation estival, la plupart du temps, ce n’était pas du bronzage qu’elle avait mais des rougeurs. Et pourtant elle était française, le sud toussa toussa elle connaissait. Sauf qu’elle avait la peau blanche de son père, famille d’écossais de générations en générations. Bref, ce coup de chaleur lui passe quand même rapidement lorsque la discussion dérive sur la crevette. Elle fait non de la tête pour contester les paroles de son ami. « Le corps d’une crevette est délicieux mais la tête d’une crevette est ideuse, autrement dit, quand tu m’appelles crevette, j’ai l’impression que j’suis moche de tête. » Mais d’où est-ce qu’elle sortait ses conneries ? Parfois il ne valait mieux pas savoir. Puis elle sourit de nouveau devant son nouveau surnom. Princesse. C’était parfait. Le pouce levait en guise d’approbation tandis qu’elle goûte sa glace. Ils finissent par s’installer à une table. Finit les chamailleries. Enfin… Jusqu’à ce qu’Atom reçoive la glace de son ami en plein visage. Elle était surprise. Et un peu fâchée. Mais quand le rire de Nicholas parvient jusqu’à ses oreilles, elle se radoucit légèrement. C’était vraiment un gamin. Elle tente le faux boudage. Pour lui faire comprendre qu’il n’est pas drôle. Mais avec ses commentaires c’est difficile de ne pas rire de la situation. D’autant plus que les autres clients regardent la scène d’un regard amusé avec ce petit sourire moqueur. Elle soupire Atom. Elle capitule presque. Presque parce qu’elle décide de se venger quand même en lui renversant son verre d’eau sur la tête. C’était pas malin non plus de sa part, elle le reconnait mais ça la faisait bien rire. « Ca t’apprendra. » Qu’elle dit la gamine, comme si elle lui faisait la morale. Puis il part. Il prévient qu’il revient. Alors elle attend. Décidant de manger un peu sa glace avant que celle-ci ne fonde. Et pourtant ils ne sont pas à l’extérieur. Mais avec toutes ses conneries elle en oublie sa glace. Il revient finalement. Atom le regarde d’un air suspicieux. Qu’est-ce qu’il va faire comme connerie. Il balance son téléphone sur la table. Atom elle suit le mouvement de ce dernier avec concentration. Qu’est-ce qui lui prenait. Puis c’est lorsqu’il sort la bouteille d’eau cachée dans son fauteuil qu’elle semble comprendre de ce qu’il comptait faire. Avec des paroles qui semblent être une mise en garde, elle a presque un mouvement de recul en murmurant « on est quitte. » parce qu’elle ne voulait pas être aspergée. Et puis là, il ouvre la bouteille et se renverse une bonne partie sur lui. Elle rit devant la situation. A la fois soulagée et amusée par le comportement du jeune homme. « T’as raison, il fallait le laver le bolide, il était dans un état. » Qu’elle lâche entre deux rires. Et finalement à la fin de ce spectacle il lui tend la bouteille. Il est adorable. Parce qu’avec ses bêtises il pense quand même à elle. « Promis, je pense que tu es assez propre là. » Qu’elle dit tout sourire. « Tu ne veux pas te sécher un peu ? J’ai peur que tu tombes malade. » Qu’elle dit maintenant qu’elle a retrouvé son sérieux. Elle s’inquiétait quand même. Certes, c’était drôle mais bon. « Tu veux goûter ma glace au fait ? » Lui demande-t-elle avec le regard plongé dans le sien. Promis, elle ne ferait pas comme lui. Elle veut profiter de sa glace telle qu’elle est. Et non pas écrasé par sa belle gueule. Bien que…

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
❁ lama gladiateur ❁
❁ lama gladiateur ❁
personnage
postes : 557
informations
postes : 557

Re: flying days and child's plays (atom) :: Dim 15 Avr - 18:36


Ca fait du bien, quand même, de retrouver un état d’esprit joyeux, heureux, sans aucune once de mauvaise onde pour venir entacher le tableau. Juste le plaisir de l’adrénaline, le plaisir de jouer aux enfants inconscients, d’avoir Atom près de moi et -égoïstement, je suppose - rien que pour moi, sans personne pour venir nous gâcher nos moments. Et alors qu’on dévale les rues à vive allure, moi aux commandes du fauteuil et elle sur mes genoux, alors que tous les passants nous regardent avec effroi et consternation et alors qu’ils n’ont probablement pas tout à fait tort de nous regarder comme ça… Bah, j’ai aucune envie de m’arrêter. J’ai pas envie d’arrêter d’entendre le rire d’Atom, ni qu’elle cesse de se raccrocher à moi pour garder une constance face à la vitesse. C’est dingue, j’ai l’impression d’être revenu y’a quelques mois en arrière, quand je riais constamment pour un rien, quand je courais de partout, quand je shootais dans les flaques d’eau, quand je grimpais aux arbres et en sautais pour faire peur à ceux en dessous, bref, quand la vie m’avait pas balayé d’un gros revers toute l’innocence que je pouvais avoir, quand elle avait pas encore décidé que mon côté râleur et irascible devait être mon côté dominant. Et ça, c’est grâce à elle. D’ailleurs, si elle arrive à me provoquer ça maintenant, si elle arrive à faire ressortir ce Nicky heureux et facétieux, j’ose même pas imaginer comment elle pourra me faire me sentir lorsque j’en aurais finis avec toutes ces merdes, lorsque j’aurais de nouveau un boulot, une petite sœur, et plus d’emmerde. Ca sera probablement grand. Et très certainement un peu flippant, aussi. En tout cas, pour l’instant, parce que l’appel du ventre se fait ressentir, j’arrête la course pour cette étape chez ce glacier. Parce que bon, mine de rien, ça creuse, tout ça ! On commande nos glaces, et la demoiselle a une manière tellement adorablement amusante que, c’est plus fort que moi, je ne peux m’empêcher de la taquiner, en en rajoutant des caisses et des caisses. Elle me répond par un simple tirage de langue, et moi, ça m’fait rire, ça m’amuse. Puis, au moment de payer, t’as le glacier qui nous appelle les amoureux. Ça me surprend, et pendant une seconde, ça me prend même un peu de court, mais au final, ça finit par me faire sourire. Et je finis par remercier le gars pour la monnaie qu’il vient de me rendre. Tout simplement. Sans le reprendre. Ouais, pas envie. Puis je tourne la tête vers Atom qui arrivait vers nous et quand je vois sa p’tite face toute rouge, il m’en faut pas plus pour comprendre le pourquoi du comment, et je lui souris, un peu attendri, un peu amusé, mais surtout pour tenter de la débarrasser de son embarras. Puis vient le sujet de ce surnom, crevette, que je pensais mignon. Mais Atom, elle en avait une toute autre définition de ce surnom, et quand je l’entends dire qu’il lui donne l’impression d'être moche, je ne peux retenir un petit pouffement de rire. Elle, moche ? Et puis quoi, encore, qu'est ce qu’il faut pas entendre ! « eh bien, enlève-toi cette impression de la tête » on ne peut plus simple, comme solution, je pense. Puis, je plante mon regard dans le sien, de sorte qu'elle puisse voir à quel point je suis sérieux et surtout sincère dans ce que j'articule ensuite. « Tu es belle, Atom, okay ? Ne doute jamais de ça. Et si un jour quelqu’un te dis le contraire, c’est qu’il est aveugle ou hypocrite… et con, accessoirement, dans tous les cas. » et c’est certainement pas un p’tit surnom qui pourrait changer ça ! Enfin bon, quoi qu'il en soit, on va s'asseoir pour manger nos glaces, et parce que j’suis d’humeur taquine, je peux pas m’empêcher, lorsque je lui propose de goûter la mienne, d’avoir ce p’tit mouvement de bras pour lui en foutre plein la figure. Elle s’y attendait pas, et devant sa p’tite tête de surprise, devant sa p’tite tête boudeuse, j’peux pas m’empêcher de rire, un peu fier de ma connerie, puis de continuer à la taquiner alors qu’elle tente de me faire la tête. Et j’insiste bien sur le mot “tente”, parce que ce n’était clairement qu’un essai, et pas tellement réussi en plus de ça. Elle finit par reprendre parole, et même par se venger en me vidant son verre d’eau sur la tête, devant le regard amusé des autres clients. J’admets l’avoir un peu mérité, et son geste me fait également rigoler. Elle semble en être fière, en dandinerait presque sur sa chaise, déclarant que ça m’apprendra. Et pour changer, je ris encore en la regardant, avant de rentrer dans son p’tit jeu, jouer les impressionnés « ça rigole pas, avec toi ! J’vais me tenir à carreau, à partir de maintenant ! » mouais, me tenir à carreaux... « enfin… Peut-être » j’ajoute, sourire au coin des lèvres, d’un air mutin, goguenard. Après tout, comme si c’était véritablement possible, ça, avec moi. Puis là, je lui dis de m’attendre en restant volontairement dans le mystère, et je retourne au comptoir pour demander de l’eau au gars. En bouteille, cette fois, histoire que je puisse la transporter, bien sûr. Puis je reviens à la table, tout sourire, jouant volontairement un peu trop sur la carte de l’innocence pour qu’elle n’y croit pas, et balargant mon téléphone sur la table histoire de l’épargner de ce qui va suivre, le pauvre. Et enfin, je fais un peu miroiter Atom, qui suit le moindre de mes gestes avec méfiance. Mon petit manège fonctionne, la voilà avec un petit mouvement de recul, murmurant qu’on est quitte. « ah oui ? t’es sûre ? » ah bah, j’ai l’occasion de m’amuser un peu en la faisant languir, alors j’en profite ! Mais bien vite, mon plan machiavélique se met à exécution, la laissant ainsi découvrir qu’elle n’en était absolument pas la victime, et qu’il s’agissait en fait d’une mission suicide. Une mission suicide qui valait sans le moindre doute le coup, vu à quel point ça la fait rire. Je ris aussi de sa propre hilarité, et réponds à sa réplique avec amusement « c’est qu’on lui en a fait voir de toutes les couleurs, avec notre folle course ! » après le car-wash, le nicky-wash ! c’est efficace aussi, je trouve ! Et Atom, également, apparemment, puisqu’elle déclare me considérer comme assez propre à présent, me promettant ainsi de ne plus m’asperger lorsque je lui ai donné cette eau - histoire qu’elle puisse enfin boire, avec tout ça. « après une douche pareille, j’espère bien ! » parce que bon, c’est pas comme si j’étais sale avant ça ! et du coup, quelqu’un de propre de base qui devient encore plus propre… ça reste propre. Mmh. Je sais pas trop où je voulais en venir avec ce cheminement de pensée, mais bon, dans tous les cas : plus de douche pour le moment. C’est que y’a plus important, quand même. Comme, manger ma glace avant qu’elle fonde, par exemple. J’étais d’ailleurs en train de s'affairer à cette affaire quand Atom me demande avec un peu plus de sérieux de me sécher, craignant que je tombe malade. Je la regarde une seconde, avant de sourire, attendri. « yes ma’am » j’ai sorti ces mots d’un ton calme, sérieux et un peu doux, avant de me mettre immédiatement à exécution. J’attrape une des deux serviettes en tissu de notre table, la déplie totalement et me sèche un peu les bras, puis la jette dans mes cheveux sans aucune once de délicatesse, pour ensuite frotter ma tignasse quelques secondes. Viennent ensuite le cou, la nuque et les trapèzes. Mais, bon. Mes vêtements sont trempés, aussi, faut pas l’oublier. Mais sauvons un peu les meubles. Je tire mon col pour me permettre de jeter un oeil sous ma chemise, puis passe rapidement la main avec le bout de tissus sous le tshirt histoire d’un peu sécher mon torse. « bon, étant donné que c’est pas tellement le lieu pour un strip-tease, je pense pas que je puisse faire mieux » je lance dans un sourire espiègle. Pas avec cette petite serviette toute rikiki, en tout cas ! Mais bon, je pense quand même que j’ai un peu rattrapé le coup ! « promis, si je tombe quand même malade, t’auras le droit de me taper » de me rappeler à quel point je suis irresponsable et idiot, et tout ce qu’elle veut ! Quelle âme généreuse je fais. Mais j’en perds pas le nord pour autant ! « mais par contre je te préviens, comme taper les gens malades, c’est mal, moi, en retour, j’aurais le droit de râler ! » Bah oui, quand même ! Droit fondamental qu’est celui de râler, surtout quand on s’appelle Nicholas, et qu’on se fait taper par des p’tites princesses toutes mignonnes. Tout le monde sait ça. Toute princesse toute mignonne un peu suspecte, quand même, dans mon cas, puisque là voilà à plonger son regard dans le mien, me demandant si je veux goûter sa glace. Et, bon. Bien sûr, que je veux, quelle question. Mais tout de même. « dois-je m’inquiéter ? Est-ce suspect ? si j’avais pu me lever, je t'aurais très certainement ligotée pour être tout à fait sûr que tu ne tentes rien, mais du coup, là, j’suis coincé ! » Je lance, dans un air amusé, fronçant mon regard pour exagérer volontairement ma suspicion. Non parce que mine de rien, ça se trouve, on est encore qu’aux prémices de la bataille de bouffe ! Et qui sait combien de temps elle pourrait durer vu que personne oserait nous foutre dehors étant donné que j’suis en fauteuil ! Mais je suis joueur, et je vois là-dedans une bonne manière de s’amuser encore un peu. Du coup, je prends un air faussement sérieux, et réplique « okay, comme j’suis trop un fou dans ma vie, je propose un deal : tu me fais goûter… si, contrairement à moi tu restes bien sage et gentille et qu’aucun mouvement de bras vienne s’incruster dans l’affaire… t’auras le droit de me donner un gage. N’importe quoi, je serais ton homme. » L’air sérieux à laissé place à la malice, et il m’est très difficile de retenir mon sourire mutin lorsque je reprends la suite « en revanche, si l’appel de la connerie est trop fort, là, c’est moi qui aurais le privilège du gage… » Eh ouais ma p’tite ! Tu pensais que ça ne serait que des avantages pour toi ? Bien sûr que non, ça serait mal me connaître ! D’ailleurs, je ne peux m’empêcher de rajouter dans un petit haussement de sourcille espiègle « et je serais toi, je craindrais mon courroux ! » ça me donnerait presque envie de rajouter un rire machiavélique, tout ça. Histoire de parfaire le tableau.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
❁ pingouin viking ❁
❁ pingouin viking ❁
personnage
postes : 306
informations
postes : 306

Re: flying days and child's plays (atom) :: Dim 29 Avr - 14:55


flying days and child's plays.
ce matin, en se réveillant, Atom elle n'aurait jamais cru passer une journée comme ça. Avec un tel dénouement. Avec autant de rires et de sourires. Clairement c'était inattendu. Petit balade avec un bolide hors du commun. Fous rires et critiques des quelques passants au regard méprisant. Qui sans aucun doute n'avait rien compris à la vie. Ou tout simplement jaloux de ne pas profiter de cette journée pour accompagner les deux gamins dans leur amusement. Ils se posent dans un magasin de glace. Avec les premiers rayons de soleil c'était très agréable de laisser ses papilles gustatives goûter au parfum de ce délice glacier. Une idée de Nicholas qui avait rapidement emballé la jeune femme. Tout deux commandèrent leur glace, évidemment, Atom elle fit quelques recommandations exigeantes qui fit rire le jeune homme. Décidément il ne pouvait jamais être très sérieux celui-là. Allant même jusqu'à l'appeler crevette. Atom expliqua au jeune homme les raisons du pourquoi et du comment elle n'appréciait pas vraiment ce surnom. Chose qui fit rire Nicholas. Pourtant Atom elle était hyper sérieuse dans ses propos. Certes, elle avait rie nerveusement. Gênée d'avouer ça devant Nicholas. Surtout lorsque ce dernier a réagi immédiatement en contestant les mots d'Atom. Prétextant qu'elle était belle. Atom tu es belle qu'il a dit. Le coeur qui dérape, les joues qui la chauffent. Elle ne s'y attendait clairement pas. Oui, on le lui avait déjà dit. Mais sans jamais que les paroles n'aient de réels impacts. Et là, l'effet était tout autrement. Elle ne s'y attendait clairement. Elle ne sait même pas quoi ajouter à cela. Elle se sent trop gênée pour dire merci alors elle trouve soudain dans sa glace un certain intérêt. Et après ça, ils s'étaient assis. Dans le but premier de déguster leur glace. Mais ce n'était pas tout à fait comme ça que cela s'était passé. Nicholas déclara la guerre. Offrant à la jeune femme une nouvelle teinte de peau. Collante et sucrée. Elle avait pas beaucoup apprécié. A tel point qu'elle s'était vengée en lui renversant de l'eau sur la tête. Chose qu'elle avait trouvé très drôle et ingénieux. De vrais enfants. Qui jouaient devant tous les regards crédules des autres clients. Toujours à se faire remarquer les deux là. Comme si la course sur le trottoir n'avait pas suffit. Et Nicholas qui s'asperge lui-même d'eau. Atom elle n'en peut plus. Elle se tient les côtes tellement la situation l'a fait beaucoup rire. En même temps, ça faisait un moment que le lavage n'avait pas été fait. Qu'elle balance pour se moquer davantage. Prétendant que ce dernier était peut-être sale. Elle ne cherchait pas à le provoquer. Mais simplement à le taquiner comme il avait l'habitude de faire. Elle ne faisait que lui rendre la pareil. Sauf qu'avec tout ça, Atom elle n'en oublie pas la santé de son ami. Déjà qu'il avait ses soucis avec sa jambe, il fallait mieux éviter tout risque d'attraper une maladie. C'est pour ça qu'elle lui intime de s'essuyer un minimum. Se rendant bien compte que la demande est presque ridicule, il était tout trempé. Ce n'était pas avec des serviettes qu'il parviendrait à se sécher. Et maintenant elle s'en voulait presque Atom d'avoir fait la gamine en ripostant avec de l'eau. Prions pour qu'il dispose d'un système immunitaire élevé. Pourtant il obéit. Il tente avec des gestes rapides de se sécher. Mais c'est trop infime par rapport à toute l'eau que ses vêtements ont aspiré. Tant pis, ça fera l'affaire. Du coup pour tenter de se rattraper Atom, elle propose de lui faire goûter sa glace. Jusque là, elle n'avait aucune mauvaise intention. Pas de gestes brusques qui risqueraient d'entraîner une nouvelle teinte de peau au jeune homme. Simplement un acte de gentillesse. Mais il se méfie Nicho. A tel point qu'il lance ce jeu débile. Et mine de rien, ça l'a fait presque changer d'avis Atom. Parce qu'il l'a fait rire. Parce qu'elle se demande ce qu'il serait capable de lui demander de faire. Elle a ce goût du risque Atom. Elle aime les surprises. Elle aime les défis. Et ça en est presqu'un. Alors elle réfléchit. La tentation est là. Il l'a provoqué. Et elle a envie de s'amuser. Alors lorsqu'il s'approche de sa glace. Elle soupire Atom. Elle soupire, juste avant de planter son précieux dans le nez de son ami. Mine choquée. Oh mince. J'ai eu un spasme. Elle tentait de se justifier. De diminuer sa culpabilité. Mais Atom, sans aucun doute qu'elle avait craqué devant cet appel de la connerie.


HRP a écrit:
c'est pas la folie bril en plus je t'ai fait attendre TT
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
personnage
informations

Re: flying days and child's plays (atom) ::


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Recherche GW Flying Bases
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» Dog Days sous-titré en français
» dark days are coming ♌ SAGISIUS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum