Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
avatar
❁ castor spartiate ❁
❁ castor spartiate ❁
personnage
postes : 160
informations
postes : 160

Fausse note ft Asriel :: Jeu 19 Avr - 14:23


Me
VS
You
Fausse note
Saoulé mais par par l'alcool que d'habitude il servait, Louis écoutait d'une oreille peu attentive son patron lui expliquer le déroulement de la soirée. L'homme faisait tout un plat d'une petite mise en bouche faite par un presque débutant, qui à défaut d'être la star du campus, savait tout de même entendre de sa voix pourtant banale. Le serveur ne comprenait décidément pourquoi ils s'ajoutaient du travail comme ça: d'abord créer et placarder les petites affiches pour communiquer l’événement, déplacer l'agencement pour donner toute sa splendeur à la scène, et lui faire faire des heures supplémentaires en matière de nettoyage. La reine d'Angleterre n'aurait pas mieux été accueilli. Fallait dire que le boss était un fan de ce fameux Asriel. Louis lui avait déjà croisé sa tronche dans les couloirs de l'Université, et n'avait pas trouvé qu'il y avait de quoi se retourner. Enfin, faut de tout pour faire un monde.

C'est pourquoi à la fin du petit speech, il retourna à l'organisation de ses bouteilles, et à l'essai de quelques mets qu'il affectionnait préparer. Si il tenait autant à ce job, c'était aussi parce qu'il y avait la possibilité de cuisiner de petites entrées et en-cas qui souvent venaient à être ajoutés sur la carte. C'était inhabituel pour un bar, mais les clients appréciaient pouvoir grignoter un petit quelque chose de temps en temps -et toujours on lui disait de passer les compliments au cuisiner, qui se trouvait être lui. Faussement modeste, à chaque fois il haussait vaguement les épaules, même si au fond il était toujours heureux qu'on apprécie ses plats. Alors, il faisait des efforts, et travaillait durement pour continuer à faire parti de la maigre équipe de l'endroit.


Tous sympathiques, quoique, il s'état véritablement affectionné de l'endroit. Voilà sans doute pourquoi, alors que c'était SON lieu favori, où il se sentait finalement comme chez lui, il avait une rancœur toute particulière contre celui qui sans préavis venait envahir là où il était plus à l'aise que dans sa propre maison.


Ouvert depuis 18 heures déjà, tous -sauf Louis- attendaient l'arrivée du musicien avec impatience. Ne devant plus tarder, chacun faisait mine de vaquer à ses occupations alors que pour cette heure non tardive se trouvait déjà pas mal de clients. Alternant de temps à autre table à bar, il n'avait même pas fait attention à l'arrivée d'Asriel. En plus, une idiote avait cassé un verre, et le voilà de nouveau à balayer le sol il y a peu encore si immaculé, qu'il avait longuement astiqué...Ce n'en qu'en entendant le rire particulier de son patron qu'il vit à qui il serrait la main le sourire aux lèvres. Les deux hommes se dirigèrent vers lui, qui ne se défaisait pas de sa mine boudeuse habituelle. Sauf que cette fois, il faisait vraiment la tronche.

-"Louis, tu peux t'occuper d'accompagner Asriel dans l'arrière boutique? Sers lui un verre, montre lui les lieux et vérifie avec lui la scène. La totale quoi! Je vous laisse les jeun's !"

Ringard mais attachant, l'homme s'éloigna donc les laissant face à face. Louis jaugeait le nouveau venu, appuyé sur son balai. Il lâcha un finalement un soupir en guise de salutation, avant de lâcher.



-"Suivez moi."


Ce n'était pas un vouvoiement de politesse, mais plutôt de manque d'intérêt. Il n'avait pas à être sympa, en plus de devoir s'occuper de lui. Tout ce qu'attendait Louis, c'était de le voir se prendre les pieds dans les fils pendant sa représentation, et le voir chuté lui et toute sa présomption. Ouais, sa tête lui revenait pas du tout. Le cliché du chanteur à minettes qui se la raconte. Peut-être qu'il y avait de la profondeur derrière le physique. Mais ce n'était pas comme si ils avaient besoin de se connaître, ou de s'apprécier, alors à quoi bon chercher?

Le guidant sans un mot jusqu'à l'endroit plus calme qui se trouvait au fond du bar derrière une porte à l'opposé de la scène, on entrait dans un univers bien différent, puisque que c'était une cuisine qui s'y trouvait. Aménagé avec quelques plantes et un canapé, ce n'était pas ça qui frappait: le décor était... particulier. Cette pièce se trouvait être aussi le chez lui du patron, et à l'étage tout le reste de sa petite demeure. Quand on connaissait le caractère dynamique du gars, le kitch présent et les murs verts à fleurs n'étaient pas si étonnants. Heureusement que la déco du bar avait été agencé par quelqu'un d'autre. Les gens qui y seraient venus bourrés auraient sans doute vomi devant tant de laideur, et tout retapissé. Lui faisant signe de s'asseoir sur le canapé- ou de faire ce qui lui chante- il fit craquer sa nuque en se tournant vers lui.

-"Poser vos affaires si besoin. Vous voulez un truc à boire? Histoire de préparer votre gorge pour "pousser la chansonnette"..."



 
@asriel l. hartley
.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❁ pingouin viking ❁
❁ pingouin viking ❁
personnage
postes : 269
informations
postes : 269

Re: Fausse note ft Asriel :: Ven 27 Avr - 21:37



jaws on the floor ;

❥ ❥ ❥ puisque je suis assez obsessif avec les révisions et puisque pas mal de trucs se sont enchaînés dans ma vie de décembre à aujourd'hui, ça va faire plus de cinq mois que je suis pas monté sur scène. l'année scolaire touche à sa fin, les beaux jours reviennent et l'irrésistible envie de reprendre les tubes les plus improbables avec. ça fait quelques semaines que je teste telle ou telle mélodie sur ma guitare, quelques semaines que je me surprends à fredonner des chansons tombées dans l'oubli ou à les harmoniser sous la douche.

c'est dans un bar qui s'appelle Cyanure que je ferai ma première scène de 2018 et pour être franc, j'trouve ça trop trop stylé comme nom. le plus stylé dans cette histoire, ça reste le propriétaire du-dit bar, que j'ai rencontré l'année passée pendant la fête de la musique, lors d'une scène libre et ça a été le coup de foudre musical. on s'est retrouvés autour de plusieurs bières à parler de musique jusqu'à tard. lui, de son solfège qui s'est étendu sur toute de son enfance et pré-adolescence, de ses années dans la fanfare de son lycée, puis dans son groupe de rock alternatif à l'âge adulte, avant d'ouvrir son bar. moi, de ma passion pour la musique, mes années d'apprentissage, mes cours, mes compositions et mes représentations dans les bars. c'est de cette manière qu'il a fini par m'inviter à venir jouer chez lui, à l'occasion.

je suis content qu'il soit si enthousiaste à l'idée de me recevoir, même si on est presque un an plus tard. ma journée tourne autour du fait que je jouerai pour mon ami, ce soir. et j'suis tellement de bonne humeur que c'est tout juste si je me déplace plus qu'en sautillant, au lieu de faire des pas, comme tous les gens normaux. je me prépare, me faisant la plus belle pour aller danser, et prépare mon instrument ainsi que mon matériel de manière à être prêt pour six heures.

quand j'arrive sur place, je suis chaleureusement accueilli par mon copain de musique que je serre brièvement dans mes bras en tapant fort dans son dos, avant de serrer la main à tout le beau monde qui bosse dans son établissement. il me raconte qu'il s'est donné beaucoup de mal pour que tout soit parfait, qu'il a parlé de ma venue à beaucoup de monde pour que l'endroit soit rempli au moment de ma représentation. ça me rend un peu nerveux, mais je suis tellement heureux que je pourrais chialer. je peux pas arrêter de le remercier, de rire, de sourire et on se parle comme si on se connaissait depuis des années, alors que c'est littéralement la deuxième fois qu'on se voit.

il me confie à un de ses employés après m'avoir dit qu'on aurait tout le temps de discuter plus tard, après ma performance. je fais des finger guns en sa direction avant qu'il ne s'éloigne et ris un peu quand il me répond par un clin d’œil avant de reposer mon attention sur le gars qui est supposé m'accompagner dans les "coulisses" du bar. le type, louis, arbore l'expression figée d'une personne qui vient d'enterrer toute sa famille et sur le coup, je réalise qu'on s'est pas dit bonjour. il soupire avant de faire volte-face et accessoirement, avant que j'aie le temps de faire quoi que ce soit, et m'escorte après m'avoir vouvoyé, ce qui me fait légèrement pouffer de rire, de manière incontrôlée. apparemment, j'ai une gueule à avoir quarante-six ans, j'sais pas.

je regarde curieusement autour de moi, découvrant l'univers spécial de Cyanure, jusqu'à ce qu'on se retrouve dans une pièce, à mi-chemin entre un coin détente et un coin cuisine, soit mon genre d'endroit préféré. c'est décoré d'une manière tellement particulière que je peux pas m'empêcher d'être fan. c'est l'endroit parfait pour se poser avant de jouer devant des gens, littéralement. je repose mon sac au pied du canapé et ma guitare dessus avant de me tourner vers louis qui se remet à me vouvoyer. je m'assois dans le canapé en lâchant un lourd soupir avant de hausser les épaules. je lève les yeux pour le regarder et arque un sourcil, perplexe. si les autres m'ont accueillis comme un roi, depuis que nos regards se sont croisés, j'reçois que des mauvaises vibes venant de ce gars là.

c'est exactement pour ça que je décide de faire ma tête de con, aussi.

"alors, il me faudrait de l'eau minérale et il faut qu'elle soit à température ambiante, j'insiste, pas d'eau fraîche. avec une petite rondelle de citron. et j'ai l'habitude de manger léger avant de monter sur scène, donc une banane entière et de la mangue, coupées en dés," j'explique en rapprochant mon index et mon pouce, pour lui donner une idée de la taille. "s'il y a pas de cure dents pour les fruits, j'accepte les fourchettes en inox, je déteste le goût de l'argent," je lance dans un soupir en étendant mes bras le long du dossier du canapé, essayant d'avoir l'air blasé d'une diva en plein caprice.

en face de moi, je sens que l'aversion que ce type ressent pour moi a escaladé au moins six cent niveaux en moins de dix secondes, au gré de chacun de mes mots. je finis par quitter mon rôle pour exploser de rire et me pencher sur mon sac de manière à en sortir une bouteille d'eau et une banane. "relax, je plaisantais," je lance en positionnant la banane au niveau de ma bouche, dans l'espoir que ça lui arrache un sourire, mais il est aussi expressif et chaleureux qu'une porte de prison. bon. "j'm'appelle asriel. j'ai vingt-quatre ans, tu peux arrêter de me vouvoyer." j'épluche ma banane avant de mordre dedans et le regarde curieusement avant de hausser les sourcils. "elle commence quand la visite guidée?" je demande la bouche pleine, amusé, me remémorant les mots du boss. c'est dans le planning avant d'aller jeter un coup d’œil à la scène, askip. ou sommes-nous déjà dans la seule pièce à visiter en dehors du bar en lui-même?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❁ castor spartiate ❁
❁ castor spartiate ❁
personnage
postes : 160
informations
postes : 160

Re: Fausse note ft Asriel :: Sam 12 Mai - 19:15


Me
VS
You
Fausse note
Punaise. Il venait vraiment de faire des finger guns? Donnez lui un sac à vomi, ou Louis risquait de tâcher le sol qu'il venait de nettoyer. Clairement, ce n'était donc pas qu'une impression lointaine, ce gars était chelou, vieux-jeu et potientiellement beauf. Des adjectifs utilisables pour son patron qu'il appréciait pourtant, mais chez un petit jeune à tête de con, ce n'était pas un bon mélange, du tout. Et c'était un barman qui le pensait, alors... En plus le voilà qui pouffe comme une gamine devant Justin Bieber, alors que tous deux se dirigent vers les coulisses. Qu'est ce qui pouvait bien l'amuser autant, alors que clairement le serveur ne lui avait pas fait une tronche de plus amusante ou joviale... enfin, autant n'en avoir rien à carrer, ce chanteur digne de la Star Academy ne méritait pas son attention.

Debout, les bras croisés, il le regarda s'affairer. Enfin, faire comme si. Y avait-il des moments où il arrêtait de sourire comme un idiot? Ça lui donnait envie de le faire embrasser les murs, juste pour voir si il obtiendrait une autre réaction qu'un rire ou autre réaction sympathique. Asriel va finalement s'affaisser dans le canapé, avant de pousser un soupir. Bah voilà. Ça aurait presque été supportable, si Louis n'avait pas la désagréable impression que ça lui était adressé.

"Alors, il me faudrait de l'eau minérale et il faut qu'elle soit à température ambiante, j'insiste, pas d'eau fraîche. avec une petite rondelle de citron. et j'ai l'habitude de manger léger avant de monter sur scène, donc une banane entière et de la mangue, coupées en dés, s'il y a pas de cure dents pour les fruits, j'accepte les fourchettes en inox, je déteste le goût de l'argent."

Sans doute que la tête du serveur à cet instant était un masterpiece. Oui, il avait pris la demande comme une réelle réquète en véritable pince sans rire. En même temps, il n'y avait que ses blagues qu'il trouvait drôles. Et puis, comment se procurer de la mangue en cette saison encore nouvellement printanière, au beau milieu de l'Angleterre? Rien que sa position lui donne envie de l'égorger avec des foutus couverts en argent tiens. Le petit con doit avoir l'habitude d'avoir le monde à ses pieds... Alors qu'il était passé de l'air blasé à l'incompréhension débectée, un rire vient de nouveau le désarçonner. Putain, mais ce gars était un bisounours drogué à la joie de vivre ou quoi?


"Relax, je plaisantais, j'm'appelle Asriel. j'ai vingt-quatre ans, tu peux arrêter de me vouvoyer."

L'impression d'être dans un mauvais prank télévisé se renforce en le voyant mettre sa banane à la place de sa bouche. Il le prend pour un gamin de 5 ans là? Il allait voir où Louis allait lui mettre sa foutue banane... En moins d'une dizaine de minutes, Louis ne peut déjà le voir, le poseur pouvait s'en vanter. Un record.


-"... Quel humour de qualité. Oh, au cas où, c'est de l'ironie. Puisqu'on est partis pour s'amuser apparemment, autant blaguer."

Si il comptait obtenir son prénom, il pouvait rêver. Tant qu'il ne lui demandait pas formellement, Louis ne voyait pas de raison de se forcer à entendre son prénom dans la voix agaçante d'Asriel.

"Elle commence quand la visite guidée?"
 

-"C'est pas un palace hein... On a déjà pratiquement fait le tour, reste plus qu'à voir la scène où tu vas nous faire ton petit show."


Un ton dédaigneux? Nooooon? Qui ça? En même temps, qui ne serait pas tenté de tout mettre en place pour faire perdre à ce péteux son indétrônable sourire? Chacun ses objectifs... Sans lui accorder davantage d'attention en matière de mots et de regards, Louis se dirige alors vers une petite porte, celle qui amène sur la fameuse scène. Cachée aux yeux des clients par un long rideau rouge donnant une impression plus théâtrale que musicale, les nombreux fils et micros présents montrent tout de même qu'il ne s'agira pas d'une pièce burlesque ce soir. Malheureusement. 

-"Monsieur est arrivé. Si t'as besoin d'aide pour des problèmes techniques, saches déjà que je n'y connais rien. Mais si tu veux que j'aille chercher quelqu'un d'autre pour te tenir compagnie, surtout n'hésites pas."

Qu'il redevienne serveur, et non nounou. Faisant quelques pas dans le coin, il s'approche d'un tableau rempli de boutons. Les lumières sans doute. En vérité, son patron lui a demandé de prendre en note les effets qu'il souhaitait et les endroits où il se rendrait pour régler le tout en fonction. Mince alors, à moins qu'Asriel ne pose une question à ce sujet de son propre chef, Louis pourrait.. malencontreusement oublier?

@asriel l. hartley
.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❁ pingouin viking ❁
❁ pingouin viking ❁
personnage
postes : 269
informations
postes : 269

Re: Fausse note ft Asriel :: Mar 22 Mai - 23:03



jaws on the floor ;

❥ ❥ ❥ si je peux le sentir me détester un peu plus, à chaque nouvelle phrase qui sort de ma bouche alors que je lui explique ce dont j'ai pas réellement besoin, c'est parce que malgré les murs qu'il dresse entre lui et moi, je peux quand même voir son visage se décomposer. il me croit, il gobe absolument tout ce que je dis. et la chute est douloureuse, quand il se rend compte que c'était une boutade. une personne normale aurait sourit, relâché ses épaules. mais lui, reste de marbre, le visage fermé, et en pétard pour rien.

je me demande quelle est la meilleure approche; rester sympa le plus possible et jouer au con sans relâche jusqu'à ce qu'il craque ou être aussi aimable et avenant que lui. j'ai la sensation que ça fait un moment qu'il a pas eu un adversaire à sa taille, mais ce serait lui donner ce qu'il veut. donc à moins qu'on en viennent aux mains, j'vais tâcher de rester le plus sympa possible. je crois que par-dessus tout, c'est ma joie de vivre qui semble l'irriter le plus.

je cesse de mâcher ma bouchée lorsqu'il prend la parole. je fais mine d'être attristé quand il me parle d'ironie. "donc tu m'aurais même pas servi un tropico?" je lance en feignant toujours la tristesse, après avoir avalé mon morceau de banane. je finis par esquisser une sourire et hausser les épaules, sans le quitter du regard, d'un air de défi. "blaguons!" j'suis intimement convaincu que je serai le dernier à rire, donc même si j'ai l'impression qu'on vient de se menacer mutuellement de s'insulter en lousdé jusqu'à ce que mort s'en suive, j'ai pas peur du tout.

je l'interroge sur la suite du programme, parce qu'on va pas s'éterniser ici, du moins, pas quand j'ai ma scène à préparer. j'ai hâte de savoir dans quel autre décor je vais pouvoir le torturer avec mon humour et mon amabilité qu'il déteste. j'engloutis le reste de ma banane après avoir haussé les sourcils à l'entente de sa réponse. sale gosse. je mâche difficilement ma grosse bouchée en me levant tranquillement pour rassembler les affaires dont j'aurais besoin, à savoir; mon carnet, un stylo, ma guitare et ma mini-pédale.

je jette ma peau de banane dans une poubelle et bois une gorgée d'eau avant coincer ma bouteille sous mon bras. je hisse ensuite ma guitare sur mon dos avant de prendre le reste à la main pour finalement me tourner vers louis et lui sourire. "lead the way, grumpy one!" je m'exclame en levant l'index vers l'horizon et sans surprise, il ne réagit pas, se tourne juste... pour quitter la pièce par une autre porte et un minuscule couloir nous sépare de la scène que nous atteignons en quelques secondes.

je sais pas pourquoi mon cœur bat soudainement à mille à l'heure, mais ça me fait sourire tellement grand que j'en ai mal aux joues. la voix de louis me tire brusquement de mes rêveries et je tourne la tête pour le regarder s'exprimer, avant de pouffer de rire. si il croit que je vais faire l'effort de tenir la jambe à quelqu'un d'autre que lui sous prétexte qu'il a aucune envie de m'assister, il se met le doigt dans l’œil jusqu'au coude. "pour tout ce qui est technique, je peux me débrouiller," je déclare en posant ma housse de guitare au sol pour l'ouvrir et en sortir mon instrument que je branche directement aux fils que je reconnais au sol. c'est comme dans la salle de musique à la fac.

je m'approche de l'ampli pour l'allumer et commence à bidouiller les boutons. "en revanche, je vais avoir besoin que tu restes le temps que je check tout ce beau matériel," j'ajoute avant de pincer l'une de mes cordes pour faire sonner un accord et continuer de régler l'ampli. "et en dernier, il faudra que je note mes préférences pour les lumières. il me semble que c'est à toi que je dois les remettre," je lance malicieusement en le regardant un instant par-dessus mon épaule, avant de me re-concentrer sur ma guitare.

après m'être occupé du son, je branche ma pédale et la place au pied du micro. logiquement, elle a pas besoin de réglages parce que je les ai fait tout à l'heure avant de partir, mais je la teste rapidement pour m'assurer que tout est bon. je tourne la tête pour m'assurer que louis est toujours là, parce qu'il reste silencieux, dans son coin, tel l'être creepy et dark qu'il est. "du coup...," je reprends en reposant mon attention sur ma pédale. "t'es à cantab? non greeks, j'crois? reste pas coincé en frissonnant de dégoût mais j'crois que ça veut dire qu'on a un truc en commun," je déclare, amusé, en me redressant pour me planter face au micro.

je tape doucement sur ce dernier après l'avoir allumé, pour m'assurer qu'il fonctionne, et approche mes lèvres de son extrémité, un sourire malicieux pendu aux lèvres, avant de commencer à jouer une mélodie du bout de mes doigts et la seconde d'après, je me retrouve à jouer brother louie par the stories. "louie louie louie louie... louie louie louie lou-i. louie louie louie louie, louie... louie you're gonna cry," je chante pour tester le son/casser les couilles avant de me mettre à rire et me tourner vers le côté de la scène où se trouve l'intéressé, pour connaître sa réaction, sachant pertinemment que tout le monde dans le bar vient tout juste de m'entendre scander son prénom en rythme.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
personnage
informations

Re: Fausse note ft Asriel ::


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joyce § Un monde sans fausse note : c'est une utopie qui chante
» Rice note les progrès "remarquables" réalisés par
» NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L
» Warner Bros. acquiert les droits de Death Note
» Death Note

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum