Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
avatar
❁ vache ninja ❁
❁ vache ninja ❁
personnage
postes : 703
informations
postes : 703

consumed by rage. (asriel) :: Jeu 17 Mai - 21:36



Enfermée dans ta chambre, ta musique fait trembler les murs. Ca fait plusieurs jours que tu t’exploses les tympans en écoutant de la musique à fond. Une musique qui colle à ton humeur massacrante. T’as été obligée de te mettre à la boxe pour te défouler avec tout ce qui te tombe dessus dernièrement. Par chance, c’est le week-end et t’es seule à la résidence aujourd’hui. Faut croire que tout le monde a une famille à peu près normale à qui rendre visite ce week-end. T’es pas du genre envieuse ni trop famille, mais quand tu vois que ta famille déjà bancale est entrain de se casser la gueule, ça t’énerve un peu, faut bien l’avouer. T’as pu délaisser tes écouteurs pour les enceintes et tu te fais plaisir. Tu fais trembler les murs avec ton metal et ton rock. T’as pas envie de sortir, de voir du monde, de supporter la connerie des autres… Flemme.

Une adresse mail inconnue t’envoie une capture d’écran du dernier thread de Cam FM. Un tweet te mentionne et parle de ta famille. Comment ils ont su ? Qui a osé vouloir se servir de ça contre toi, publiquement ? Qui n’a pas les couilles de t’affronter ? En y repensant, ils sont nombreux. Ils évoquent le divorce de tes parents et tu sens un truc rompre en toi. Tu fais à peine attention aux dernières lignes du tweet qui parlent d’Olivia. C’est le cadet de tes soucis, les ragots de merde concernant les autres. Là on te balance une vérité amère en pleine gueule. Un truc que tu sais pas encore gérer, le seul truc qui t’atteint. Ca te fout en rogne que ça te touche à point. Tu joues tellement bien la comédie, tellement habituée à porter ce masque de la fille blasée que rien ne peut atteindre même quand t’es seule. Ce masque est devenu comme une seconde peau. Jouer la fille de marbre, la reine des glaces, c’est devenu automatique. Sortir une punchline, utiliser ta ceinture noire de sass pour te débarrasser des gens, de tes émotions, pour te protéger aussi… ça t’a donné l’illusion que plus rien ne peut t’atteindre, que rien n’est assez important ou assez bien pour que ça te touche. T’as réussi à te berner toute seule à force de jouer la comédie en permanence. Quel talent. Qui sait, un jour tu vas peut-être percer dans le cinéma. Alors là, c'est violent et ça te rend dingue de réaliser que t'es si faible.

Qu’on parle publiquement de ce divorce n’aurait eu aucun effet s’il avait été question d’une simple rupture comme pleins de couples en connaissent. C’est la vie, comme on dit. T’es majeure et vaccinée, tu vis pas avec tes parents donc leurs histoires ne regardent qu’eux. Sauf que là, la cause du divorce te concerne directement. Il est question de l’infidélité de ta mère. Pas une infidélité récente, non. Une infidélité qui date de bientôt vingt-trois piges. Olivier et toi êtes le fruit d’un adultère. C’est gerbant. Harry n’est donc pas ton père biologique. Ca t’a foutu un coup mais pas tant que ça. Les Penhallow pensent que t’es chamboulée à cause de ça mais pas du tout. Ton père, c’est celui qui s’est démené pour t’élever, qui a ramené de quoi te nourrir, te gâter. Celui qui a su t’écouter, t’aider quand tu as demandé à ce qu’il le fasse. L’autre peut aller crever en Enfer avec celle qui te sert de mère. A cause d’elle, tu risques de perdre ton père. Parce qu’il est entrain de faire les démarches pour le divorce et il ignore ce qu’il va faire. Il va peut-être partir. Il a déjà commencé à prendre ses distances. Il n’ose plus te regarder dans les yeux, il te parle moins. Pourtant, pour la première fois depuis longtemps, t’es derrière lui toutes les cinq minutes. Tu fais tout pour qu’il fasse attention à toi, pour qu’il comprenne que tu tiens à lui sans avoir besoin de lui dire explicitement. Et le semblant de vie normale que t’avais, le peu de stabilité que Harry a pu vous apporter à Oliver et toi, tout part en fumée à cause de l’autre trainée. Tu vas partir en vrille. Tu pensais être une personne  peu près bien parce que t’étais persuadée d’avoir une partie de ton père Harry en toi. Mais en fait, t’es juste une Penhallow couplée à une saloperie de traitre. Donc bel et bien pourrie jusqu’à la moelle. Ils devraient se méfier de toi. T’es à deux doigts d’aller péter la gueule à celui qui a foutu ta mère enceinte.

Tu jettes un œil à ton téléphone et tu vois des appels en absence. T’as aussi des messages. C’est Haz. T’ouvres machinalement le message et tu comprends qu’il a vu le tweet. Il vient d’apprendre la nouvelle via Cam FM. T’étais pas prête à en parler, bordel. C’est pour ça que tu donnes pas de news. T’avais pas envie ni le courage de parler de tout ça. Tu remarques aussi que t’as un message de ta génitrice. Elle veut que vous ayez une discussion, elle te donne des ordres. Alors là… Enragée, tu jettes ton téléphone contre le mur d’en face et à en juger par le bruit qu’il fait, ton portable est hors service. Tu retournes le reste de ta piaule en foutant des coups de pied dans tout ce qui a le malheur d’être sur ton chemin. Quelle sale peste, pour pas dire autre chose. Elle te prend de haut, comme si ta réaction était incompréhensible. Elle est tellement loin dans la hoe life qu’elle est complètement à l’ouest cette pauvre meuf. Riot de Three Days Grace t’accompagne dans ta crise de nerfs jusqu’à ce que soudain, quelqu’un tambourine à la porte. T’as beau ignorer la personne qui frappe à la porte, celle-ci continue. Tu vas lui maraver la tête mais quelque chose de monstrueux si elle se barre pas très très vite. T’as verrouillé la porte et t’as foutu un papier pour pas qu’on te dérange mais faut croire que les cons analphabètes sont bien plus nombreux que tu le penses. Quel fléau.

« Tu sais pas lire ?? Pas de visites !! Casse-toi ! », tu t’écries de manière très agressive après avoir momentanément baissé le son. Tu crois reconnaître la voix de ton bro derrière la porte. Une petite voix inquiète. Enfin, si tes oreilles malmenées par la musique te jouent pas des tours. Si ça se trouve il est entrain de t’embrouiller. Tu soupires en passant une main sur ton front. L’idée de laisser la porte fermée t’effleure l’esprit un bref instant et tu t’en veux. C’est ridicule. Tu peux pas le laisser à la porte. Pas Asriel Hartley. Pas ton bro from another mo. Impossible. Il est la seule personne solide, stable et à peu près normale (faut pas abuser) sur laquelle tu peux te reposer. Alors si tu repousses ton meilleur ami, qui pourra t’approcher et te venir en aide ? Personne. Tu laisses la musique à un volume raisonnable pour aller déverrouiller la porte et l’ouvrir brusquement sans même la retenir. Elle se cogne contre le mur pendant que tu vas ramasser Roger, ton pauvre cactus, dommage collatéral. Par chance, il est encore en bon état et son pot aussi. Il a juste foutu de la terre sur ton lit. Roger a survécu à ton courroux satanique, c’est da real mvp ce cactus. « Désolée, j’savais pas que c’était toi. », tu dis pour briser le silence alors que Haz constate les dégâts dans ta piaule.


@Asriel L. Hartley
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❁ pingouin viking ❁
❁ pingouin viking ❁
personnage
postes : 269
informations
postes : 269

Re: consumed by rage. (asriel) :: Lun 4 Juin - 2:24



don't look back in anger?

❥ ❥ ❥ la grasse matinée, il y a que ça de vrai. après avoir traîné au lit pendant presque deux heures, c'est la dalle qui me tire finalement de ma chambre et m'attire jusque dans la cuisine, où je me sers un bol de céréales pour confortablement aller m'installer dans le canapé. j'attrape directement mon téléphone abandonné sur la table basse la veille et retire le mode avion avant de me rendre sur twitter.

c'est triste à admettre, mais twitter est un peu devenu my very own newspaper, gros millennial que je suis. j'y lis toutes les nouveautés qui portent sur les choses qui m'intéressent et les bribes de vie des personnes que je suis en lousdé. des fois c'est drôle, des fois beaucoup moins et parfois c'est même carrément énervant. c'est la roulette russe tous les matins et le plus irritant dans tout ça, c'est de réaliser que je laisse les réseaux sociaux dicter mes humeurs. en général, cette réalisation suffit à me calmer, mais ça craint. c'est toujours flippant de s'en rendre compte, quoi.

c'est bizarre, les réseaux, depuis que l'épidémie est passée. il se passe pas un seul jour sans que je tombe sur un tweet sur le sujet, sur l'hommage à une énième personne qui y est restée et c'est étrange de se rappeler, tous les jours, qu'on y était et qu'on aurait pu crever là-bas aussi. c'est bizarre de réaliser que ça nous a touché de si près. aujourd'hui, c'est une fille de la fac que je follow qui s'offusque en citant un tweet borderline désobligeant de cam fm, à propos d'une étudiante qui a succombé à la maladie. il me faut un moment avant de capter que c'est la première fois que je lis ce tweet (six relectures) et que par conséquent, ça veut dire qu'un nouveau thread est sorti.

par chance, il n'y a aucune trace d'elle dans mes mentions. mais quand je presse mon pouce sur mon écran pour atteindre son profil, il me suffit de deux scroll pour tomber sur un tweet qui mentionne skyler. je cesse de mâcher mes céréales en lisant le contenu du petit message et sens mon cœur louper un battement face à la nouvelle. en moins de dix secondes, je me retrouve dans ma boîte de réception pour composer un texto à l'intention de ma meilleure amie que j'envoie rapidement. je repose mon téléphone sur la table basse et engloutis nerveusement mes céréales sans quitter l'appareil des yeux, attendant patiemment qu'elle lise mon message et éventuellement qu'elle y réponde, ou qu'elle m'appelle.

mais je finis mon bol et rien ne se passe. pas d'appel. pas de réponse. toujours rien après avoir fait la vaisselle. mon portable indique qu'elle a lu le message quand je sors de la douche, mais je n'ai aucune réponse de sa part et j'ai pas d'appel en absence non plus. je m'habille et j'entame le joint que j'ai roulé avant d'aller me laver, parce que rouler avec les mains propres, c'est mission impossible en pire. j'essaye de m'occuper, de me distraire, mais j'y arrive pas, j'arrive pas à arrêter de penser à ce tweet et au fait qu'elle m'ait pas répondu. je finis par craquer dans un élan de confiance et je l'appelle... seulement pour directement tomber sur sa messagerie, signe que son portable est éteint.

le cerveau entamé par le THC, je me retrouve sur google à taper how to cheer up your best friend et je me retrouve sur le site de teen vogue qui liste quarante-sept moyens de remonter le moral à sa BFF in the world. le premier point, demander si elle a besoin d'aide, je l'ai fait et la réponse que j'ai reçu, c'est le silence. une personne normalement constituée comprendrait le message et lâcherait l'affaire, mais pas moi. je m'inquiète pour mon bro. j'ai peur qu'elle frappe quelqu'un à mort ou qu'elle mette le feu à sa résidence sous les effets de la colère. parce que je la connais suffisamment pour savoir qu'elle est hors d'elle à cette seconde précise.

je décide de continuer à lire la liste et le deuxième point, c'est être là pour elle. "quoi genre, physiquement?" je demande à la page, comme si elle allait me répondre. je descends un peu plus bas pour lire un autre point et m'arrête sur lui acheter de la glace et faire de la balançoire pour balancer vos problèmes et... "ouais, la glace va pas se transporter toute seule jusqu'à skyler...," je déduis en levant les yeux au ciel. la minute qui suit, je force mon pied droit dans ma chaussure avant de quitter l'appartement de stan à la hâte et comme je sais pas trop ce qui remontera réellement le moral à skyler, je décide d'acheter tout ce qu'il y a d'achetable sur la liste, de faire tout ce qu'il y a de faisable en solo et de lister les points qui restent sur une feuille que j'ai acheté en même temps qu'une carte débile, pour lui écrire un petit mot dedans, comme le stipule le point numéro quatre.

et c'est de cette manière que je me retrouve à la porte de sa résidence chargé de sacs de courses au cas où elle aurait vraiment besoin que je lui prépare un truc (point numéro vingt) ou si elle avait envie de pâtisser (point numéro onze). je frappe pendant presque cinq minutes avant de me décider à rentrer sans y être invité et heureusement que je suis pas un vampire, sinon j'aurais cramé sur le pas de la porte... pour découvrir que l'endroit est complètement vide, du moins, au rez-de-chaussée.

je reconnais immédiatement la playlist de mon acolyte qui résonne à l'étage et qui fait trembler les murs de l'immense maison, en rangeant rapidement ce que j'ai ramené dans le frigo de la cuisine. quand je me dirige finalement vers les escaliers pour me rendre jusqu'à sa chambre, je n'ai plus que la liste prise en sandwich dans la carte débile, son pot de ben&jerry's favoris et une cuillère que j'ai choppé dans la cuisine, du vin (même si c'était pas dans la liste, je sais que c'est un must pour détendre la penhallow), l'objet sur lequel je suis tombé par hasard en faisant mes achats et qui sera idéal pour le point numéro seize et un joli bouquet de fleurs.

je frappe à la porte de sa chambre avec le côté de mon poing, histoire qu'elle m'entende par-dessus la musique. et dans l'insolence la plus totale, je tambourine sur le mot qu'elle a soigneusement fixé à cette dernière disant qu'elle ne reçoit personne. elle baisse la musique un instant, simplement pour me dire de dégager sans même demander c ki et j'suis à ça de bouder. "c'est moi... bitchacho... je t'apportais juste des trucs," je déclare, fort, pour qu'elle m'entende, mais elle a déjà remonté le son. "j'ai bien compris que t'avais besoin d'être seule, mais j'ai suivi cette liste débile...," j'ajoute en baissant le ton au gré de mes mots avant de soupirer, faisant légèrement rebondir le bord de ma vans contre la plainte qui assiste la porte. "j'voulais m'assurer que ça allait," je reprends fort, prêt à tout laisser à mes pieds quand j'entends le verrou de la porte claquer et la poignée se tourner. je me redresse brusquement pour faire face à skyler quand elle ouvre la porte, sauf qu'elle ouvre juste la porte, qui s'éclate contre le mur, pour aller ramasser roger le cactus mexicain.

elle me calcule tout juste, alors que je lance un regard circulaire à la chambre, restant interdit face au bordel. le point positif, c'est qu'elle a frappé personne à mort. mieux vaut des objets que des os. c'est vraiment profondément stupide, mais je suis presque content d'être armé de ma liste. merci teen vogue. la voix de ma meilleure amie me sort brusquement de mes pensées et j'esquisse un sourire, content de savoir que même dans les moments de crise, je reste vip. "not to be fake deep, mais c'est presque sympa comme déco, tu t'inspires du dadaïsme?" je lance malicieusement en lui tendant directement la bouteille d'alcool. "bois un coup, bro. j'ai fait appel à l'internet et l'internet ne m'a pas déçu. j'ai trouvé une liste dans ma détresse de bff clueless et j'pense que pour le point trente-et-un, essayez de nouvelles choses ensemble, aller mettre le feu au siège de cam fm, c'est un bon plan. qu'est-ce que t'en penses? hop hop hop, bois plus," je l'encourage fermement en glissant le revers de mes doigts sous la bouteille, alors qu'elle s'apprête à défaire le goulot de ses lèvres après une première gorgée. je sors ensuite la carte qui contient la liste de ma poche, le bouquet de fleur coincé sous un bras et le pot de glace confiné contre mon pectoral, de manière à la lui tendre.  

the list!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Will day of rage in Saudi Arabia send oil prices up to $200 per barrel?
» Rage pics ! Fun pics ! lol
» Rage sur la route 24
» La Rage Au Coeur [Erïka Davidoff & William Cage]
» (M/LIBRE) Alexander Skarsgard ●๋• Love is often gentle, desire always a rage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum