Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
avatar
modo ❁ zidane de cantab
personnage
postes : 3275
informations
postes : 3275

Estevan + It's a new beginning :: Lun 26 Nov - 22:01



Estevan Fernandez
❁ Ferme les yeux et imagine toi... ❁



carte d'identité
PRÉNOM(S) NOM : Estevan Silvio Fernandez.

ÂGE : 27 ans.

NAISSANCE ET ORIGINE : 10 février 1991 en Espagne. Je suis d'origine espagnole et italienne.

ETUDES ET/OU MÉTIER : Après avoir fait 5 ans d'étude au sein de l'université de Cambridge, je suis professeur de sport au sein de cette université depuis la rentrée 2018.

ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel.

STATUT CIVIL : En couple avec Dylan.

SITUATION FINANCIÈRE : Aisée.

À CAMBRIDGE DEPUIS ? : 6 ans.

TRAITS DE CARACTÈRE :  répulsif - jaloux - possessif - curieux - séducteur - charmeur - autoritaire - compétiteur - sportif - coureur de jupons (avant) - bagarreur - protecteur - manipulateur - mystérieux - taquin - énergique - susceptible.

AVATAR : Mariano Di Vaio.

PL, SCENARIO, PI : A la base c'était un scénario.

CRÉDITS : Look da Vip (icons), Tag (avatar)

portrait chinois Si tu étais un cocktail : Mojito.

Si tu étais un super-héros : Superman.

Si tu étais une chanson : You're the one that I want.

Tes préférencesTu préfères avoir pour seule musique toute ta vie : une cover de junior bourré chantant la bo du titanic -ou- un remake allemand de la danse des canards by lexa : une cover de junior bourré chantant la bo du titanic.

Tu préfères être enfermé(e) tout les jours dans une boite pendant cinq minutes avec pornina qui se prend pour Castafiore jusqu'à la fin de ta vie - ou - lécher les orteils sales de six mois de regulus et être tranquille après : être enfermé tout les jours dans une boite pendant cinq minutes avec pornina qui se prend pour Castafiore jusqu'à la fin de ta vie.

être millionnaire en vendant des crottes de chiens ou gagner ta vie normalement en vendant des voitures de luxe ? : gagner ta vie normalement en vendant des voitures de luxe.

utiliser la brosse à dents d’un inconnu ou porter ses sous-vêtements sales ? : utiliser la brosse à dents d’un inconnu.

être bloqué(e) dans un ascenseur avec 100 personnes malades ou 10 bébés qui pleurent ? : être bloqué(e) dans un ascenseur avec 10 bébés qui pleurent.

en savoir plus sur toitrois objets indispensables sur une île déserte : Un couteau, une boite d'allumettes et des feux de détresse.

trois choses à faire avant de mourir (bucket list) : Faire le tour du monde, jouer à la coupe du monde et construire une belle vie.

un de tes secrets : Je garde toujours un foulard de ma mère.

phobie(s) : Je hais les clowns, je pourrais en frapper un si j'en croise un.

la dernière personne à qui tu as envoyé un message : Dylan, ma petite amie.

ta playlistAC/DC, you shook me all night long
Mickael Jackson, We are the world
Inner Circle, Bad boys

ta soirée tvGame of Thrones
Fast and Furious
Daredevil
once upon a time Tout commença le dix février mille neuf cent quatre vingt onze à Madrid. Mes parents m’ont eu accidentellement. A vrai dire, ils n’étaient pas prêts à avoir un gosse puisqu’ils n’étaient pas stables financièrement et même dans leur couple. Ils s’engueulaient énormément, jeter des assiettes par terre lorsqu’ils se disputaient et buvaient beaucoup trop. Pourtant, ils faisaient tout pour me chérir et me combler de l’amour dont j’avais besoin, ce qui pouvait combler le fait qu’il ne pouvait pas m’offrir tout ce que je voulais vu que leur situation était très modeste. En même temps, avec un père mécanicien et une mère serveuse qui sont tous les deux alcooliques, c’était déjà bien que je mange à ma faim.
Deux ans plus tard, une petite tête blonde vint le jour, Alessia, ma petite sœur. Je me sentis rejeté par mes parents. Ils avaient osé faire un autre enfant qui plus est une fille. Je ne pourrais même pas jouer avec elle, elle ne s’intéressait pas aux mêmes choses que moi. Moi c’était les petites voitures, les jeux de ballons et elle c’était les poupées et les bouquins. C’est nul une fille ! J’avais beaucoup boudé, je lui en avais fait voir de toutes les couleurs notamment en lui empêchant de faire sa sieste ou alors lui piquer sa sucette. J’étais horrible avec Alessia. Mes parents ne me disaient rien, ils étaient trop occupés à boire et à se disputer à longueur de temps.
Les années passaient et nous continuions nos chamailleries jusqu’à qu’on détecta le cancer chez ma mère. Là, ce fut le drame pour tout le monde dans la famille. Alessia, comme moi, nous profitions des derniers mois avec notre maman. Notre famille nous répétait sans arrêt qu’elle irait au Paradis. Mais je n’étais pas dupe, elle allait juste mourir et on ne la reverrait plus jamais. Ce fut quelques jours après l’anniversaire d’Alessia que Maman mourut. Je n’avais que huit ans et ma sœur six ans. Depuis ce jour là, Alessia et moi nous serrions les coudes, nous nous disputions un peu moins.
Ma sœur changea du tout au tout en entrant au collège. Personnellement, j’aimais cette Alessia rebelle, non conforme aux règles préétablies par notre famille et je l’encourageais à faire des bêtises. Oui, je n’étais pas le grand frère idéal. Quant à moi, je n’aimais pas l’école. J’y allais simplement pour faire du sport et draguer les filles. L’école ne servait à rien, à part apprendre des choses qui ne nous serviront pas plus tard. Je me concentrais sur le foot et il n’y avait que ça dans ma vie. Le foot était ma passion et c’était ce qui m’avait permis de faire face à la mort de ma mère.  Au fil du temps, Alessia et moi nous avions pris des chemins différents et franchement, ce n’était pas plus mal. Nous nous n’étions jamais entendus donc pourquoi faire des efforts. Concernant mon père, il était devenu moins violent, il buvait moins et tentait de se reconstruire auprès de notre famille.
Après mes dix huit ans et donc le lycée, je ne fis rien de ma vie. J’étais devant la télévision à regarder le sport à manger des chips et boire de la bière. Je continuais tout de même le foot, c’était ce qui me permettait d’éviter de grossir. Je m’étais également inscrit à la salle de musculation pour pouvoir entretenir mon corps d’athlète. Plus d’une fois, mon père me disait de me bouger, de faire quelque chose de ma vie, que ma sœur, elle, avait réussi à faire du mannequinat et des études. Et là, ça tilta dans ma tête, comme une ampoule au dessus de la tête dans les dessins animés. Il fallait que je la contacte, je ne pouvais pas rester ainsi. Elle ne pouvait pas réussir et moi non. Je pris alors les devants pour me rapprocher d’elle. Tout d’abord ce fut par les réseaux sociaux. Je lui parlai tous les jours, jouant le grand frère parfait. Je lui donnai comme excuse que je voulais « repartir de zéro » avec elle. Après tout, la famille avant tout, non ? Elle ne se fit pas berner du premier coup, elle voyait bien qu’il y avait anguille sous roche. Mais finalement, je quittai Madrid pour venir la rejoindre à Cambridge.
A Cambridge, je m’inscrivis à l’université, dans le domaine des métiers du sport. Je ne perdais pas mon objectif de vue qui était de devenir joueur de football professionnel. Ma venue à Cambridge ne plaisait guère à Alessia, elle croyait que je la manipulais – ce qui était le cas mais chut – alors que je voulais simplement reconstruire un lien fraternel. Mais peut être que j’étais pris au piège dans mon propre jeu puisque je commençais à vraiment apprécier ma petite sœur et ça, c’est mauvais pour moi.
En tout cas, je fus très vite intégré à l’université puisque je rejoignis les Delta Omega Epsilon ainsi que l’équipe de football de l’université. Cependant, je fus très vite repéré par l’équipe de football de Tottenham qui me demanda de rejoindre leur rang. Ca y est, c’était mon rêve qui se réaliser. A moi la vie de footballeur professionnel, à moi la vie de riche, à moi la vie facile ! Il fallait que j’aille au club qui se trouvait non loin de mon université chaque soir pour les entrainements et chaque weekend pour les matchs. Cela me prenait beaucoup de temps mais j’aimais ça et j’étais fier de ce que j’étais devenu.
Pourtant, même si le football me prenait beaucoup de temps, je n’en oubliais pas moins les fêtes étudiantes et les filles. Cambridge regorgeait de femmes à tomber par terre. Je ne savais plus où donner de la tête. Je changeai de femmes comme de slips, mon nombre de conquêtes ne cessait d’augmenter. Et puis, j’étais beau garçon, j’avais la drague facile et la manipulation efficace, rien de plus simple pour mettre ces étudiantes dans mon lit. Heureusement, je pouvais compter sur mon meilleur ami Samuel pour m’accompagner dans cette vie d’étudiant. Nous étions les mêmes tous les deux, toujours fourrés ensemble.
Ma vie n’a pas très bien commencé mais, pour l’instant, elle se profile bien entre la vie universitaire et le football.

Depuis trois ans... :
Les trois dernières années à l'université furent mouvementées. En effet, j'ai été président des DOE, la confrérie des mâles. Nous en avons fait voir de toutes les couleurs aux ADPi, la confrérie des filles. Mais surtout, nous avons tous développé un lien super soudé. C'était comme des frères pour moi. En parallèle, je réussis mes examens à chaque fois pour passer en année supérieure. Ce n'était pas facile tous les jours. Quelques fois, je préférais plus faire la fête qu'étudier mais je n'avais pas le choix si je voulais atteindre mon but : être prof de sport à l'université de Cambridge. C'est pourquoi, la dernière année, je laissais mon rôle de président des DOE à un autre pour pouvoir me concentrer sur mon année scolaire. Cependant, je n'avais pas oublié le foot, je jouais tous les weekends, ça aussi ça me prenait un max de temps mais c'était mon gagne pain !
Ce n'est pas tout, il y a trois ans, je me suis rendu compte que j'étais totalement accro à Dylan, la jumelle de mon meilleur ami. Au début, ça n'avait pas été tout rose. Je refoulais mes sentiments vis à vis d'elle et je lui faisais de sa vie un enfer. C'était un peu fuis moi je te suis, suis moi je te fuis. Finalement, on s'est dévoilés nos sentiments et notre relation se voulait... passionnelle. On a connu des hauts mais surtout des bas : crises de jalousie incessantes, conneries sur conneries, emploi du temps chargé, guerre des confréries... Et pourtant, nous voilà encore ensemble.
Il y a quelques mois, alors que je faillis mourir à cause de l'épidémie qui avait touché Cambridge, je découvris que Dylan était enceinte. J'ai fait le salopard à renier cette grossesse et m'éloigner d'elle. Mais je me rendis très vite compte que c'était une connerie et que j'étais amoureux d'elle, prêt à construire ma vie avec elle. J'ai ramé pour la reconquérir mais aujourd'hui, nous voilà à attendre notre bébé, à avoir un appartement dans le centre ville de Cambridge et à vivre pleinement notre relation amoureuse.
Je n'ai jamais été aussi heureux qu'en cet instant !

❁ tell me more about you ❁

PRÉNOM/PSEUDO : Marine ou Boucle d'or. ÂGE : 24 ans. VILLE : Clermont Ferrand.  COMMENT AS-TU CONNU GTP ? : Il y a trois ans, par partenariat je crois. TON AVIS SUR GTP : Je l'aime troooooop ! FRÉQUENCE DE CONNEXION : Tous les jours, à peu près. LE MOT DE LA FIN : Cacahuèèèèète ! CODE BOTTIN :

Code:
<span class="titrefiche">mariano di vaio</span> [url=http://greekteaparty.forumactif.org/u377]<zuzu>❁</zuzu>[/url]<zeze>❁</zeze> estevan fernandez




Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « It's not a new Life. Just a new Beginning. » [Kira, Rose]
» Commun - Intrigue 13 - A new beginning - Earthquake
» NJPW The New Beginning in Sapporo
» Let every dawn be to you as the beginning of life ♥ PHOELEEN
» The Beginning Music [PV Malicia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum