AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

non-greek forever boy

avatar
non-greek forever boy
J'ai cédé à Greek Tea Party le : 16/02/2017 sous la copie conforme de : Marc Forne £ grâce à un total de : 134 et je crédite : GhostQueen666


Message
Tell me everything FT Edan - Dim 7 Mai - 2:13

Tell me everything


William & Edan





Sincèrement, si cela n'avait pas été de l'alcool dans son sang peut-être que William n'aurait pas traîner Edan pour avoir des explications, il serait très probablement resté le connard que tout le monde connaissait dans leur Université et il aurait joué avec le blond. Enfin, il aurait joué avec lui si ses sentiments auraient été inexistant et oh qu'il aurait voulu qu'ils le soient. Cela peut paraître méchant, mais s'il ne serait pas tombé amoureux il ne souffrirait pas en ce moment, il n'aurait pas cette peur au ventre de se faire rejeter et de se retrouver seul de nouveau, de perdre un être chère. Déjà qu'il n'était pas proche de beaucoup de personnes, car oui, malgré qu'il est de nombreux ''amis'', très peu le connaissait vraiment ou étaient réellement proche de lui ce qui faisait que la plupart du temps, Will se sentait extrêmement seul et malgré qu'il était capable d'apprécier la solitude, elle le tuait souvent. Quand il était seul, le brunet finissait toujours par se laisser envahir par de nombreuses idées noires qui donnerait envie à n'importe qui de vouloir le supprimer de sa vie pour ses pensées négatives.

Edan était devenu son ancre et l'une des personnes les plus importante à ses yeux après ses parents. Même si ses sentiments n'étaient pas réciproques il ne voulait pas que son ange s'amuse à jouer avec lui parce qu'il ne savait pas ce qu'il voulait ou encore qu'il décide de sortir de sa vie. Oui, William commençait sérieusement à penser qu'Edan était juste complètement perdu face à ce qu'il voulait vraiment, comme s'il était déchiré à l'intérieur et qu'il était prit face à deux chemins et malgré qu'il soit patient, William voulait savoir une fois pour toute s'il avait raison. Son coeur souffrait et tant qu'a avoir mal, il voulait savoir la vérité même si elle pouvait l'achever. C'est pourquoi il avait emmener Edan dans sa chambre, à l'abris des oreilles indiscrètes et des voyeurs et une fois à l'intérieur et la porte refermé il chercha un petit moment quoi dire. Il ne savait pas trop comment s'exprimer à cet instant précis.

-Je...C'était quoi tout à l'heure? commença-t-il calmement, car non il ne voulait pas s'énerver cette fois. Pourquoi tu joue avec moi comme ça? Est-ce que tu sais à quel point ça me fait mal? Il n'osait pas le regarder et alla s'asseoir sur le lit, trop fatigué de rester debout. Il était également aller s'asseoir au cas où les dires de son ange ne l'achève ; il n'était pas sûr que ses jambes allaient pouvoir le supporter.





Revenir en haut Aller en bas
non-greek forever boy

avatar
non-greek forever boy
J'ai cédé à Greek Tea Party le : 22/03/2015 sous la copie conforme de : Niall Horan £ grâce à un total de : 3059 et je crédite : J. pour l'avatar, tumblr pour la signature


Message
Re: Tell me everything FT Edan - Mar 9 Mai - 23:59


J’avais agi trop stupidement lors de cette soirée d’ouverture du Spring Break. À présent, il était clair que je n’allais pas passer ma soirée à faire la fête comme je l’avais envisagé avant même de monter dans l’avion du départ. J’avais décidé de venir à Hawaï afin de m’éloigner de tout Cambridge et de tout ce qui se jouait sans cesse dans ma tête depuis le début de l’année. Il y avait trop de problèmes. Il y avait tellement d’histoires. Je désirais simplement mettre tout cela entre parenthèse le temps d’une pause autodestructrice et jouissive que je pensais mériter. Alors, je n’avais prévenu personne et je n’avais même pas fait attention aux étudiants qui participaient à ce voyage. Ça ne devait être que pour moi et mon amusement. C’était censé se passer comme ça. Dès mon arrivée sur l’île, la soirée s’était dessinée dans ma tête. J’allais boire et consommer de la drogue jusqu’à en perdre la tête. Je voulais simplement danser jusqu’au bout de la nuit. Je désirais me retrouver dans un lit avec un parfait étranger. En vérité, je voulais juste que l’horreur cesse de me poursuivre pendant quelques jours. Je voulais faire pause à ce cauchemar qui me collait à la peau. Cependant, la vie en avait décidé autrement. Foutues emmerdes. La soirée commençait pourtant si bien jusqu’à ce que je le vois. Lui. William. J’aurais aimé l’ignorer et c’était peut-être ce que j’aurais dû faire. Malheureusement pour moi, pour lui, pour nous, je n’avais pas pu m’y résoudre. Il était avec un autre mec, proche. Tellement proche que ça m’avait rendu fou de rage alors je n’avais pas pu m’empêcher d’intervenir. Une intervention qui m’avait déjà tellement coûté et qui retournait la soirée. William soufflait des choses que je ne voulais pas entendre, que je ne pouvais pas entendre. Je le repoussais. Encore et toujours même si ça heurtait mon cœur. Le jeune homme avait fini par tourner le dos et je l’avais laissé filé. C’était mieux ainsi. Je devais retourner à ma soirée. J’aurais dû le faire sans le chercher des yeux encore une fois. Puis, je l’avais vu là avec Makena et le feu de la jalousie avait brûlé en moi. Je ne contrôlais plus rien lorsque je m’étais planté devant eux et que j’avais embrassé William. Oops. Erreur. Je l’avais trop vite compris. J’aurais vraiment dû battre en retraite dès lors que la possibilité. J’avais eu plusieurs minutes pour m’éloigner après ce baiser et cet échange. J’avais eu plusieurs minutes pour me perdre dans la foule de fêtards afin d’éviter une quelconque situation que je n’étais guère en mesure de gérer. Merde. Tout m’était tombé dessus. Trop vite. Trop réellement. William attrapait ma main soufflant qu’on devait parler et je ne pouvais pas lui refuser. Encore moins lorsqu’il me touchait alors je l’avais suivi. Je le laissais me conduire, totalement soumis. Nous nous retrouvions bien trop vite isolé de tout. C’était juste lui et moi dans sa chambre fermé. Simplement nous. La porte de sa chambre se refermait et je restais dans l’entrée ne sachant pas quoi faire. lorsqu’il me questionna calmement sur ce que c’était tout à l’heure, j’étais encore plus perdu et je mordillais nerveusement ma lèvre. Je n’étais même pas foutu de lui répondre. Heureusement pour moi, il reprit la parole. Enfin, malheureusement plutôt car les mots qu’il prononça me heurtèrent violemment. Je secouais négativement la tête à ce qu’il disait parce que je n’étais pas d’accord avec lui. Je ne jouais pas. Je ne voulais pas lui faire mal. Les yeux rivés au sol, je devinais qu’il s’asseyait sur le lit alors que j’ouvrais enfin la bouche.

Je… Je joue pas avec toi Willy Love. J’te promet que je joue pas du tout. J’veux pas jouer avec toi. J’veux pas te faire du mal. Je… Tu… Je… T’es important pour moi et j’ai aucune envie de te blesser… Je… J’suis… J’suis d’solé pour… Pour mon comportement… Je… J’aurais pas dû, mais ce… J’pas pu m’en empêcher… Je… J’sais que j’ai pas le droit, mais j’aime pas te voir avec d’autres… T’es libre et t’es pas à moi je… J’sais, mais quand même… J’sais pas… J’peux pas te voir avec d’autres. Ç’me fait… Je… J’aime pas alors j’ai agi et je… J’suis désolé… J’voulais pas gâcher ta soirée...

J’hésitais sur mes mots et je n’avais même pas l’impression de trouver les bonnes choses à dire. Je bégayais comme un fou, mais c’était plus fort que moi. J’étais mort de trouille. J’avais peur que mes propos provoquent encore plus de dégâts alors que je ne voulais pas heurter William. Il était trop important pour moi et je me refusais à l’idée de lui faire du mal. Pourtant, comme avec Grimjow par le passé, j’étais apparemment en train de lui en faire. Alors, dans ma tête, la voix cognait. Cette voix qui me hurlait à quel point je n’étais qu’un minable. Cette voix qui me fracassait pour me dire que je n’étais qu’un moins que rien et que je ne méritais pas la présence de William. Je ne méritais rien si ce n’était de crever à petit feu seul dans mon coin. Je n’étais qu’un déchet ambulant qui blessait sans cesse les personnes autour de lui. Et ça cognait dans mon crâne me poussant à fermer les yeux sous cet assaut douloureux. Je fermais les yeux pour empêcher les larmes de couler. Je mordillais nerveusement ma lèvre parce que je ne savais plus quoi faire à présent. Peut-être que je ferais mieux de quitter la chambre finalement. L’idée d’affronter Stella à la soirée du Spring Break me paraissait préférable à cette situation oppressante. Au moins, avec Stella, je savais à quoi m’en tenir. Cette nana me foutait la frousse, mais je pouvais toujours la fuir. J’aurais pu la perdre dans la foule. Pourtant, malgré mon désir de m’enfuir, je ne parvenais pas à m’y résoudre. Je ne parvenais pas à prendre la fuite parce que justement William comptait beaucoup trop moi et je ne voulais pas le blesser de nouveau en m’effaçant sans lui répondre comme il le voulait. Alors, je m’avançais un peu dans la chambre. Je m’avançais et je me hissais sur le petit bureau qui se trouvait en face du lit. Comme ça, j’étais face à William même si je gardais mes prunelles bleues rivées au sol.
Revenir en haut Aller en bas
non-greek forever boy

avatar
non-greek forever boy
J'ai cédé à Greek Tea Party le : 16/02/2017 sous la copie conforme de : Marc Forne £ grâce à un total de : 134 et je crédite : GhostQueen666


Message
Re: Tell me everything FT Edan - Lun 22 Mai - 2:43

Tell me everything


William & Edan





Pour l'une des rares fois dans sa vie et malgré sa curiosité maladive, William avait à la fois peur de la réponse d'Edan comme il était impatient de l'entendre. Tout sortir une fois pour toute. Après cette soirée, tout serait probablement plus clair entre eux même si son blond n'était pas du genre à s'ouvrir aussi facilement. Parler, exprimer le fond de sa penser ne peut que faire du bien et Will allait essayer de lui faire comprendre. Il resta donc assis sur le lit à attendre la réponse d'Edan et quand il entendit les premiers mots, il releva la tête et posa son regard sur son petit ange qui semblait si effrayé par ses propres mots. Ça se voyait clairement qu'il n'avait pas l'intention de lui faire du mal et qu'il était juste complètement perdue et William s'en voulu d'avoir réagi aussi mal sur la plage plus tôt.

Le brunet continua de l'écouter dans le plus grand des silences tout en l'analysant, quelque chose qu'il n'avait pas fait avec lui depuis un long moment, préférant respecter son jardin secret ; le corps peut exprimer beaucoup plus que les paroles. Tout en détaillant chacun de ses mots ainsi que son langage corporel, Will fit des liens avec ce qu'il connaissait du blond, c'est-à-dire pratiquement tout malgré que le blond ne s'en doute pas. Que voulez-vous, la curiosité l'avait emporté à l'époque de leur rencontre. Puis, après qu'Edan ait fini de parler, William s'en voulu encore plus de ne pas avoir fait attention à son état, à quel point il aurait dû être beaucoup plus présent pour lui. À la place, il était rester à l'écart confronté à des sentiments qu'il croyait non réciproque jusqu'à maintenant, car oui, maintenant il était sûr qu'Edan ressentait quelque chose pour lui, mais que peut-être qu'il pensait qu'il n'était pas digne d'être avec le jeune homme pour diverses raisons en lien avec son passé.

Après ses explications, un long silence s'ensuivit durant lequel William réfléchissait à ce qu'il allait faire. Le brusquer pour avoir des réponses n'étaient peut-être pas une bonne idée, mais était peut-être la meilleure solution pour que son blond puisse s'exprimer ; se confier à lui et ainsi s'aider à se sentir mieux.

-Ça va... c'est pas grave.. commença-t-il doucement en se levant et en avançant doucement vers Edan. C'est juste que... tu me rend confus... tu m'évite et après tu agis ainsi... je peux t'attendre, mais je voudrais savoir... continua-t-il en allant prendre tranquillement la main de son ange sans vraiment oser le regarder maintenant, car il ne voulait pas analyser sa réaction, il voulait l'entendre dire. Est-ce que tu m'aime...?





Revenir en haut Aller en bas
non-greek forever boy

avatar
non-greek forever boy
J'ai cédé à Greek Tea Party le : 22/03/2015 sous la copie conforme de : Niall Horan £ grâce à un total de : 3059 et je crédite : J. pour l'avatar, tumblr pour la signature


Message
Re: Tell me everything FT Edan - Sam 3 Juin - 23:48

En étant ce garçon un peu trop célèbre, les questions ne cessaient jamais de tournoyer autour de moi. Elles étaient toujours là, trop présentes. Même si je n’y répondais que trop rarement, je ne pouvais guère les ignorer parce qu’elles apparaissaient dans mes mentions sur les réseaux sociaux, qu’elles cognaient dans mon crâne et que, parfois même, elles se trouvaient en haut d’articles de journaux. La majorité du temps, je ne fournissais pas de réponses à tout le monde. Je me contentais de répondre à ces questions seul dans ma tête comme pour être certain d’avoir la réponse. Ce n’était qu’une vieille habitude que je tenais de papa. Il répétait toujours qu’il fallait lire ces questions et s’entraîner à y répondre parce qu’il fallait toujours être paré à y répondre dans l’urgence. Je n’avais pas pu me défaire de cette habitude et il m’arrivait trop régulièrement de m’y entraîner. Il y avait une question qui revenait souvent ces derniers temps : on cherchait à savoir ce que j’adorais par dessus tout. Et, si vous me posiez cette question, je n’avais même pas besoin d’y réfléchir, je n’aurais pas hésité plus de quelques secondes avant de vous offrir une réponse sincère et réelle. Une réponse que je n’aurais pas pu ignorer et que je n’avais même pas besoin de chercher parce qu’elle semblait être la reine de la réalité et de la vérité. C’était une réponse qui cognait en moi sitôt que je pensais à ce que j’adorais faire. Oh, bien sûr, au jour d’aujourd’hui, il y avait de nombreuses choses que je me plaisais à faire. Par exemple, faire la fête en glissant dans les méandres de l’enfer et des excès était mon occupation principale et j’y prenais un réel plaisir. Cependant, sans la moindre hésitation, il y avait quelque chose au dessus de ça. Quelque chose qui se trouvait bien loin devant cette autodestruction que je chérissais tant. Alors, ouais, si je devais vous répondre à cette interrogation et que je devais vous avouer ce que j’adorais par dessus tout depuis quelques mois, je n’aurais pas hésité avant de souffler qu’il s’agissait de mes têtes à têtes avec William. Oh oui, j’adorais ces moments plus que tout au monde et je ne pourrais jamais réellement m’en passer. Avec William, chaque instant devenait un véritable trésor. Tous ces moments où ce n’était que lui et moi à oublier le monde autour de nous. Tous ces instants où ce n’était que nous et où tout le reste semblait totalement s’effacer. C’était ça que j’aimais par dessus tout. C’était ça que je chérissais. Et, au cours des derniers mois, j’avais eu le plaisir de vivre des milliers de moments avec Willy Love. Pourtant, à cet instant précis, mon tête à tête avec le jeune homme n’était pas quelque chose que j’appréciais. Non, pas du tout même. J’avais tellement envie de fuir. Je me sentais beaucoup trop mal. L’agitation pulsait violemment dans mes veines m’empêchant de rester totalement immobile alors que je mordillais ma lèvre et que je tortillais mes doigts. Le stress bouffait trop réellement mon ventre et c’était foutrement désagréable. Je n’aimais pas du tout ce tête à tête. Et, même si nous étions isolés dans sa chambre à Hawaï après être parti de la fête pour le Spring Break, je ne me sentais pas aussi bien qu’à chaque fois que j’étais avec lui. Tout était trop tanguant. Tout était trop sérieux. Il voulait savoir tant de choses. Je le sentais. Il avait juste commencé. Soumis et épris que j’étais, je lui avais répondu avec hésitation, mais je l’avais fait quand même. Et, j’étais là à avancer dans la chambre au lieu de m’enfuir comme ça me criait pourtant de le faire dans mon crâne. J’étais là à mourir de trouille suite à mes propos et à la suite des événements. J’étais là et je fixais le sol en attendant d’entendre la voix du jeune homme. Qu’allait-il faire à présent que je venais de promettre, de m’excuser et de m’emmêler dans mes propos ? La réponse ne tarda pas à tomber. La voix de Willy résonna pour me dire que ça allait et que ce n’était pas grave. Je ne pus m’empêcher de secouer négativement la tête parce que je savais que ça n’allait pas et j’avais conscience que tout ça était grave. D’ailleurs, malgré lui, William le faisait comprendre en avouant comment il se sentait. Cette confusion suite à mon comportement si changeant. Cette attente qu’il pouvait avoir mais il voulait savoir… Mmh ? Savoir quoi ? Je relevais mes prunelles bleues sur lui parce qu’il venait trop soudainement de se taire. Sa main glissa dans la mienne provoquant cet électrochoc toujours si foutrement agréable. William fuyait mon regard et je sentais mon ventre se tordre encore plus. Je me doutais de ce qui allait arriver à présent. Et, j’avais raison. Soudainement, la question tomba. Est-ce que je l’aimais ? J’aurais aimé me détacher de lui et partir en courant au plus loin parce que je ne voulais pas répondre à ça. Je ne pouvais pas le faire. Ou peut-être que… Zut. Sans que je ne puisse prendre le temps de réellement tout peser, les mots glissaient entre mes lèvres.

Je… Je… Je… Putain Willy… Je… Damn… Ok… Je… Merde… Oui… Oui William… Oui je t’aime… Enfin, je crois. Enfin, ouais je ressens des choses pour toi, beaucoup trop de choses et je… J’crois bien que c’est de l’amour… Enfin, non, j’en suis sûr hein. Mais je… Tu connais mon passé hein ? Tu sais mon histoire, qui je suis, comment je suis, ma maladie et tout ce qui va de pair avec cette histoire… Que… Quand j’ai commencé à ressentir trop de choses fortes pour toi, je… J’voulais pas. J’peux pas. J’mérite pas ça. J’te mérite pas toi. Alors j’ai… J’ai décidé de m’éloigner, d’essayer de partir loin. Mais c’est toi William et je… j’peux pas rester loin. Je… Quand je t’ai vu ce soir avec lui, avec elle, j’pouvais pas juste rester dans ce que je m’étais dit… Je… J’suis désolé… J’suis compliqué… C’est si difficile et je… J’veux tellement pas te blesser William, mais j’sais pas faire et putain j’mérite pas quelqu’un comme toi… J’suis désolé...

Wow. Wow. Wow. Ok, maintenant, j’avais vraiment envie de prendre mes jambes à mon cou et de m’en aller très très très loin d’ici. Bordel, j’avais presque envie de me retrouver à Cambridge plutôt que dans ce lieu paradisiaque parce qu’après tout, mes problèmes semblaient m’avoir suivi jusqu’ici. Malheureusement, je ne parvenais pas à me décider à quitter la chambre et à sauter dans un avion pour repartir au loin et fuir comme je savais si bien le faire quand tout devenait trop difficile à gérer. Comment aurais-je pu partir après tout cela ? Comment aurais-je pu partir alors que je me sentais tellement vivant avec la main de William dans la mienne ? Bien. Je ne pouvais pas partir. Je ne voulais pas réellement m’enfuir. Surtout pas après m’être livré de cette manière. J’étais trop curieux de découvrir la suite des événements. Mais, zut, j’avais tout de même envie de me planquer dans un trou de souris en fait. Je me sentais si exposé et si vulnérable. Je sentais mes joues chauffer et j’étais persuadé que je devais avoir l’air d’une tomate sur le point d’exploser. Damn it. Les mots venaient de glisser entre mes lèvres à une vitesse folle et sans la moindre limite. C’était comme s’il s’agissait du moment confession et que je ne parvenais guère à m’y soustraire. C’était comme si le filtre entre ma tête et ma bouche avait totalement disparu pendant quelques secondes. C’était comme si je ne pouvais plus réellement contrôler les mots qui glissaient sur ma langue. Et, il était trop tard pour faire marche arrière à présent parce que les mots venaient de tomber et le silence s’installait doucement. Plus les secondes s’écoulaient,  plus je mesurais tout ce que je venais de dire et plus la trouille s’emparait de mon être. Je venais clairement d’avouer que j’étais amoureux de William, non ? Si, bien sûr que si, je venais de le faire. Je venais de lui dire que j’avais des sentiments pour lui et que j’étais certain que c’était de l’amour. J’étais même allé encore plus loin en tentant de m’expliquer sur mon comportement si changeant. Je soufflais à haute voix ce qui trottait dans ma tête depuis des mois. Je balançais soudainement ce qui se jouait dans mon crâne depuis des mois et que je ne voulais pas dire parce que les gens tentaient toujours de me faire changer d’avis lorsque je le soufflais. Cette impression de ne pas mériter ce bonheur, cet amour, cette présence. Ce sentiment de ne pas y avoir le droit. Et, comme le pitoyable gosse que j’étais à jamais, je finissais par m’excuser et par avouer que je ne voulais pas blesser le jeune homme. Je portais le blâme encore et toujours. Et, comme une libération, je soufflais de nouveau à quel point je pensais ne pas mériter William. Je le martelais pour la troisième fois comme pour clamer haut et fort que je ne voulais pas qu’il cherche à me faire changer d’avis. C’était impossible. Enfin… Peut-être pas ce soir… S’il décidait de me faire comprendre que je le méritais en me faisant l’amour, je n’étais pas tout à fait contre et je me laisserais bien berner pour quelques heures. Juste quelques heures de répits dans une histoire semblable à une tornade. Belle et dangereuse. Passionnante, mais douloureuse.
Revenir en haut Aller en bas
non-greek forever boy

avatar
non-greek forever boy
J'ai cédé à Greek Tea Party le : 16/02/2017 sous la copie conforme de : Marc Forne £ grâce à un total de : 134 et je crédite : GhostQueen666


Message
Re: Tell me everything FT Edan - Sam 10 Juin - 23:51

Tell me everything


William & Edan





William détestait brusquer Edan pour quoi que ce soit, mais il y avait des moments où ça devenait impossible de gérer la situation et d'avancer sans le brusquer un peu, comme si le faire lui donnait un peu plus de courage. Il savait que le brusquer pouvait lui donner certaines pensées et même lui faire du mal, mais il fallait qu'il passe par là pour se libérer en quelque sorte et avancer. Donc, Will y allait parfois doucement avec lui comme il pouvait y aller fort pour l'aider. Dans le cas présent, le jeune homme voulait juste en finir avec ses interrogations plutôt que de passer son temps à essayer de deviner les pensées de son ange par le biais de ses agissements. S'il devait souffrir par un autre rejet, parfait! Au moins il saurait qu'il n'était apprécier que comme ami et il pourrait passer à autre chose. Toutefois, étant donné comment la situation semblait tourner, les choses allaient un peu mieux se concrétiser. Malgré le malaise que causait sa question, Edan fini par lui répondre. Il lui dit qu'il était désolé d'agir ainsi, qu'il ne voulait pas, mais que c'était plus fort que lui. Il lui avoua finalement qu'il était amoureux de lui, mais qu'il trouvait qu'il ne le méritait pas. À ses mots, le coeur de William se serra, celui qui ne méritait pas l'autre c'était bien Will, mais ça, Edan ne pouvait s'en rendre compte puisqu'il n'avait aucune idée de ce qu'il faisait dans l'ombre.

À ce moment précis, William se demanda s'il devait tout dire à propos de lui à Edan, pour pouvoir premièrement en parler avec quelqu'un pour une fois et également pour lui prouver que c'était lui qui ne méritait pas son ange. Après un instant de réflexion et de longues secondes de silence, Will lâcha la main d'Edan et recula légèrement.

«Je peux t'assurer que je suis celui qui ne te mérite pas... j'ai...» commença-t-il avant de passer sa main sur son visage en soupirant. Le stresse pouvait se lire sur les traits de son visage et dans ses gestes de cent pas près de la fenêtre qu'il effectuait maintenant. «Je...Je suis un hacker et je ne parle pas du genre de ceux qui télécharge des films illégalement! » rajouta-t-il avec un fin rire pour détendre un peu l'atmosphère. «Je tente de faire sortir la vérité en fouillant dans les ordinateurs de certaines personnes ayant potentiellement commis des crimes.. en outre... j'ai déjà aider d'autres hackers à supprimer des sites de pornographie juvénile.. j'ai déjà exposer, avec d'autres, des dirigeants de petites entreprises qui faisaient de la fraude... et... et je sais que dit comme ça je parais bien faire. Dans les grandes lignes je trouve que oui, mais... il est arrivé tellement de fois que je me sois tromper de personne et que j'ai détruit la vie des autres parce que j'ai mal mené mon enquête... Une fois.. une j'ai vraiment merdé et je me suis fait piégé comme un gamin par un autre hacker qui s'était arrangé pour que tous les torts aillent sur quelqu'un d'autre et cette personne innocente.. je..je l'ai envoyé en prison en «l'exposant» faussement et il s'est tué en cellule. Quand j'ai remarqué mon erreur, j'ai tenté d'arranger les choses, mais il était trop tard.. Tu vois... That's why I don't deserve you. Thats why you are so much better than me..!» finit-il en arrêtant de faire les cents pas et en osant finalement regarder Edan. «Si tu savais à quel point je me sens comme une merde à chaque fois que je brise une vie par erreur, à quel point ça me hante la nuit... Je sais que je pourrais arrêter, que je devrais arrêter, mais le fait de savoir que je peux aider à arrêter certaines choses me pousse à continuer malgré mes terreurs nocturnes, malgré toutes ses pensées négatives qui me traverses constamment. Et... et j'ai jamais parler de ça à qui que ce soit... Tu es le premier et tu seras probablement le seul à le savoir Edan... parce que je t'aime et je veux tu connaisse cette partie là de moi. » rajouta-t-il en revenant vers Edan. Il ne savait plus trop quel geste poser maintenant qu'il avait tout déballer. S'il devait sortir, attendre une réponse d'Edan, rajouter quelque chose ou tout simplement l'embrasser. La dernière option était tentante, mais avant il voulait rajouter quelque chose. «Je suis autant briser que toi et... mais je comprendrais si tu ne veux vraiment pas être avez moi ou vouloir prendre ton temps et sache que je serais toujours là pour t'aider. » dit-il alors que ses doigts effleurais le menton de son ange et ce n'était peut-être pas le bon moment, il allait peut-être se faire rejeter, mais il déposa ses lèvres sur celles d'Edan pour les goûter une fois de plus.



Revenir en haut Aller en bas
non-greek forever boy

avatar
non-greek forever boy
J'ai cédé à Greek Tea Party le : 22/03/2015 sous la copie conforme de : Niall Horan £ grâce à un total de : 3059 et je crédite : J. pour l'avatar, tumblr pour la signature


Message
Re: Tell me everything FT Edan - Sam 17 Juin - 22:58

Je me sentais tellement vulnérable que j’avais l’impression d’être un poisson innocent au beau milieu d’un aquarium rempli de prédateurs. Je brûlais. Je suffoquais. Tout cela m’oppressait. Non, mais franchement, j’aurais mieux fait de fermer ma gueule et de m’en aller sans même répondre à William. Cela n’aurait sans doute pas été mieux pour nous, mais William était mieux sans moi de toute façon. Non ? C’était ce que la voix dans mon crâne me criait. Mais, rha, je ne savais pas et il me fallait attendre afin de connaître l’avis de Willy Love suite à tout ce que je venais de lui confier. Oh… Je n’allais pas attendre si longtemps finalement. Et… Outch. Mon ventre se tordit douloureusement alors que William lâchait ma main trop soudainement suite à mes propos. Il reculais de quelques pas. Le froid m’envahissait. Ma gorge se serrait à tel point que j’avais l’impression de manquer d’air. Les larmes me montaient aux yeux. Je ressentais encore plus violemment le désir de m’enfuir au loin le plus rapidement possible. Je ne voulais plus découvrir la suite des événements. Tout cela était amplement suffisant. Je ne voulais pas me prendre le revers d’une claque en plein visage. Merde, merde, merde. Mais, qu’est-ce que j’avais fichu ? Je vous l’avais bien dit. Je n’aurais jamais dû me rendre à Hawaï étant donné la tournure des événements. J’aurais sans doute terminé dans un meilleur état si j’étais resté sagement à Cambridge comme ma maladie cognait comme consigne dans ma tête me poussant à désirer le faire réellement. Fuir mes problèmes en me rendant au Spring Break me conduisait simplement à les affronter d’une façon beaucoup plus directe et violente que je n’aurais pu l’imaginer. Et, zut, j’étais fichtrement incapable de le gérer. J’étais aussi foutrement incapable de me taire aussi. Malgré mon malaise et mon agitation, les mots avaient glissé entre mes lèvres et ça foutait tout en l’air. La vérité était passée entre mes lèvres sans que je ne puisse rien faire pour l’en empêcher, sans que je parvienne à la sceller au fin fond de ma gorge comme j’avais l’habitude de le faire. Damn it. Je venais d’avouer à William que je l’aimais de but en blanc. Je venais clairement de dire au jeune homme que j’étais amoureux de lui et je ne parvenais même pas à savoir si c’était une bonne idée de l’avoir fait. Quelque part au fond de moi, quelque chose cognait pour me dire que c’était la meilleure chose à faire et que j’avais fait le bon choix. Il fallait que je confie mes sentiments et que William cesse de nager dans un flou total. Cependant, la majorité de mon être cognait pour me dire que je n’étais qu’un putain de petit idiot qui aurait mieux fait de fermer sa gueule ou de nier les sentiments qui pulsaient en moi. Je n’y avais pas le droit. Je ne pouvais pas me le permettre. Au-delà de lui avouer mes sentiments, j’allais encore plus loin dans mes confessions puisque je lui expliquais ce qui se passait dans mon crâne. Cette maladie qui me poussait à agir comme je le faisais c’est-à-dire en tentant de m’éloigner de lui et de noyer mes sentiments parce que je n’avais pas le droit de ressentir ça ou de le dire. Cette incapacité à rester au loin parce que c’était William et que ce que je ressentais pour lui était foutrement trop fort au point que je ne pouvais l’ignorer. Et, comme toujours, je terminais par une confession trop réelle. Le genre de vérité qui cognait trop souvent dans ma tête. Le genre de vérité que je croyais dur comme fer : je ne méritais pas William. Non. Suite à mes propos, William avait reculé vivement et je le sentais mal. Je le sentais tellement mal que j’en étais pétrifié sur place malgré les mots d’alerte dans ma tête me criant de courir au plus vite et au plus loin maintenant. Lorsqu’il ouvra la bouche pour me dire qu’il pouvait m’assurer qu’il était celui qui ne me méritait pas, je ne pus m’empêcher de m’agiter. Je secouais négativement la tête alors que mes sourcils se fronçaient devant l’incompréhension de ces mots. Le silence était dévastateur alors que j’observais mon Willy Love en plein stress. Il soupirait et je voyais clairement le stress sur son visage. Puis, zut, il ne fallait pas être idiot. Ça se ressentait dans toute la chambre encore plus alors qu’il effectuait les cents pas sous la fenêtre. Et, la confession tomba. Boum. Boum. Boum. Il était un hacker. Mes sourcils se froncèrent encore plus parce que je ne comprenais vraiment pas pourquoi le fait d’être un hacker le pousserait à ne pas me mériter. Ce n’était pas logique. Lorsqu’il souffla que ce n’était pas du genre de ceux qui téléchargeait des films illégalement, je restais silencieux conscient qu’il y allait y avoir une suite, une putain d’explication même après son rire maladroit. Et, il m’expliqua en détail. Il m’expliqua ce qu’il foutait. Il me donna la signification d’être un hacker, d’être le hacker qu’il était. Lorsque le jeune homme commença à me détailler son activité, j’étais encore plus perdu parce que je ne voyais pas le mal dans tout ce qu’il faisait. C’était même le contraire. Il faisait de bonnes choses. Il agissait pour le bien. Alors, comment quelqu’un comme lui aurait-il pu ne pas me mériter ? Merde, c’était moi qui ne le méritait pas. Le ‘mais’ ne tarda pas à intervenir. Il avait fait des erreurs parfois, il s’était trompé de personne et il avait détruit la vie de certaines personnes. Une fois, un homme s’était même tué en cellule à la suite de son erreur. Willy soufflait que c’était pour cela qu’il ne me méritait pas et que j’étais mieux que lui. Je ne pus m’empêcher de secouer négativement la tête. Je n’y croyais pas. Ce n’était pas vrai. Il me regardait et je sentais son mal-être en même temps qu’il me l’expliquait. Ce sentiment d’être une merde, ces pensées négatives, ces terreurs nocturnes… Je connaissais toutes ces choses moi aussi et j’avais follement envie d’aller prendre William dans mes bras. Cependant, je savais qu’il n’avait pas terminé de parler alors je restais immobile mordillant ma lèvre alors qu’il avouait que j’étais le premier et le seul à savoir parce qu’il m’aimait et qu’il voulait que je connaisse cette partie de lui. Doucement j’acquiesçais comme pour dire que je comprenais, que je ne trahirais pas le secret et que j’étais quand même là. Il revenait vers moi. Mon cœur pulsait plus fort. Il avouait être autant brisé que moi. Il comprendrait si je ne voulais pas être avec lui ou si je voulais prendre mon temps. Il serait toujours là pour m’aider. Je le savais. Je le sentais. Les doigts de William effleuraient mon menton provoquant des frissons sur ma peau et apaisant mon impression d’étouffer. Et, lorsque les lèvres de Willy Love se posèrent sur les miennes, j’eus l’impression de respirer à nouveau, de revivre. Je me sentais bien alors que ma langue partait à la rencontre de celle de Willy. Je ne le repoussais pas. Je ne voulais même pas le faire. Mes doigts glissèrent le long de ses bras. Ce ne fut que lorsque je me retrouvais à bout de souffle que je m’éloignais légèrement. Quelques millimètres et je babillais.

Je… J’sais pas v’ment quoi répondre à tout ça Willy… Je… T’sais que j’suis là pour toi et je… Cela ne va pas changer à cause de ce que tu m’as dit mmh ? J’resterais présent et je pourrais l’être encore plus si tu en as besoin… Je… Concernant… Tu… À propos de… Mmh… Nous… Je… J’en sais foutrement rien Willy… Je… J’suppose que j’ai juste… Besoin de temps...

Je mordillais nerveusement ma lèvre après avoir soufflé ces propos tout en fixant William dans les yeux comme pour lui prouver que tout ce que je soufflais était foutrement sincère. Cependant, bien vite, je baissais les yeux au sol ne pouvant supporter d’être aussi pitoyable et vulnérable devant mon Willy Love. Merde, merde, merde. Qu’est-ce que je venais de foutre encore une fois ? C’était une connerie. Non ? Merde oui. Une putain de connerie qui risquait de piéger William dans un univers où il ne méritait pas d’être. Il méritait mieux. Tellement mieux et il ne le voyait même pas. Il ne comprenait pas à quel point j’étais un déchet ambulant et à quel point il était au-dessus de tout cela à mériter tellement mieux que le pitoyable gosse que je pouvais être. La situation m’embrouillait et me perdait violemment. C’était comme se retrouver en plein milieu d’une tornade et ne plus savoir où se trouvait les choses autour de nous. Alors, j’étais foutrement sincère avec Willy Love en lui avouant que je ne savais pas réellement quoi répondre à tout cela. Je ne savais pas parce que c’était à chaud et que j’avais toujours du mal à réagir à chaud à de telles déclarations. Face à la colère ou aux insultes, je pouvais savoir comment me comporter. Face aux sentiments et à la vérité, j’étais trop paumé. Et, franchement l’alcool et la drogue dans mon système ne m’aidaient pas le moins du monde. Je sentais les substances pulser en moi, mais elles demeuraient foutrement trop éloignées pour les laisser prendre le contrôle et me sortir de ce pétrin. Je laissais simplement la sincérité s’emparer de mes mots. Je babillais juste la vérité parce que c’était la meilleure des choses à faire et la seule que j’étais en mesure de commettre. J’étais là pour William et cela n’allait pas changer à cause de ce qu’il m’avait dit. Non, pas le moins du monde. Ce n’était pas parce qu’il était un hacker et qu’il pouvait commettre des erreurs comme n’importe quel être humain que j’allais disparaître. Hors de questions et je le faisais bien comprendre. Je soufflais de but en blanc que j’étais là et que je ne comptais pas m’enfuir au loin. J’allais même encore plus loin en soufflant que je pourrais être encore plus présent s’il en ressentais le besoin. Après tout, si jamais Willy Love avait d’autres terreurs nocturnes, il pourrait toujours m’appeler ou venir passer des nuits avec moi chez moi. Quant aux pensées négatives et à cette impression de n’être qu’une merde, je serais toujours présent pour tenter de les effacer de sa tête et de le divertir loin de ces mauvais chemins. Je pouvais faire ça. Je voulais faire ça. Alors, je le lui confiais. Et, lentement le sujet glissait. Le sujet glissait sur lui et moi, sur nous. Les choses devenaient plus compliquées dans mon crâne. Ma maladie s’opposait à mon être. Ce que je devais faire s’opposait à ce que je voulais. La raison s’opposait aux sentiments. Je me sentais tellement tiraillé que j’en hésitais sur les mots à souffler. Je bafouillais incapable de trouver les mots juste pour formuler tout cela, incapable de savoir quoi dire. Et, je le faisais d’ailleurs comprendre à William en lui disant que je n’en savais rien. Mais, comme pour ne pas rester sur cette incertitude violente, sur ce flou immense, je soufflais que j’avais besoin de temps avant d’hausser les épaules. Le temps… Ouais, peut-être que ça pourrait changer quelque chose. Peut-être que dans quelques temps, nous pourrions former réellement ce nous que j’avais envie de former avec lui. Ou… Ou peut-être que, dans quelques temps, William voudrait s’effacer de ma vie parce qu’il aurait compris que j’étais cette merde trop pitoyable qui ne le méritait pas. Je ne savais pas. Je n’en savais rien. Tout était trop incertain. Alors, ouais, le temps semblait être la bonne solution. Pourtant, même si je le pensais, je ne voulais pas rester sur ça. Une partie de moi n’avait pas envie de glisser sur cette note négative et ce fut sans doute la raison pour laquelle cette partie sembla redonner du pouvoir aux substances dans mon être. Des substances qui me donnaient du courage. Du courage pour oser agir et provoquer. Je me hissais sur la pointe des pieds déposant un baiser léger sur les lèvres de William avant de le contourner. Je retirais mon tee-shirt le lançant dans la pièce sans faire plus attention que cela. Et, je sautais sur le lit comme un enfant. Une fois que je fus installé correctement c’est-à-dire assis au bord du lit, les jambes pendants vers le sol, les mains reposant à plat sur la couverture comme un appui alors que j’étais un peu penché en arrière, j’osais aller plus loin. Mes prunelles bleues rencontrèrent celles de William. Je mordillais ma lèvre. Et, lentement, le murmure glissa entre mes lèvres alors que je penchais la tête sur le côté.

Que dirais-tu de venir me faire l’amour maintenant mmh ?
Revenir en haut Aller en bas


Message
Re: Tell me everything FT Edan -

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EDAN CANICHE CROISE BICHON M 14 ANS CH FAMILLE PR TOUJOURS
» Bal de fin d'année !
» Chambre 215, 9h45 (PV Edan)[Terminé]
» The end of this chapter [PV Edan et Alex]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum