Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
En ligne
avatar
❁ lama gladiateur ❁
❁ lama gladiateur ❁
personnage
postes : 751
informations
postes : 751

I will rise and shine, even in the coldest night | Edan :: Dim 14 Jan - 14:22




I will rise and shine, even in the coldest night
feat. Edan

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mentir c'est mal. Ce jour-là il le fallait bien. La jalousie m'avait légèrement envahie par cette homme qui avait annoncé qu'il avait un cadeau de noël pour Edan. Pour ma part je me sentais légèrement coupable de ne pas en avoir un pour lui. Du moins j'en avais pour personne ici. Alors j'avais menti, je lui avais dis que pour noël je voulais l'emmener au restaurant qu'alors il était en Irlande. Alors j'ai réservé un restaurant pour ce soir. Le soir où j'allais être en tête à tête avec Edan. En tête à tête avec l'homme que je pensais aimer malgré le fait qu'il m'arrive de le voir avec différentes femmes ou hommes. En réalité je lui en veux, surtout après ce qu'il s'est passé à la soirée d'Halloween mais tout le monde sait que je suis une fille qui pardonne trop facilement. Qui fait comme si elle n'avait rien vu. au fond j'aurais envie de lui mettre ça sur le tapis. De lui dire qu'il fait du mal à plusieurs personnes, peut-être. Mais je ne pouvais pas faire ça, pas maintenant. Pas aujourd'hui. ce n'était pas le moment et j'en avais surtout pas le courage. J'aime pas faire du mal au gens, j'ai peur de ne pas savoir m'arrêter et de créer des soucis entre nous. Déjà que notre relation est comme des montagnes russes. Un coup c'est cool puis soudainement ça te brise. De plus j'ai peur de faire beaucoup de mal à Edan, surtout après ses deux tentatives de suicide. Il m'arrive parfois de ne pas dormir tellement ça me hante. Il m'arrive même d'avoir de lourds cauchemars horribles.

♡ ♡ ♡
MACFLY

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ptit coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❁ pingouin viking ❁
❁ pingouin viking ❁
personnage
postes : 4348
informations
postes : 4348

Re: I will rise and shine, even in the coldest night | Edan :: Mar 16 Jan - 22:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les heures filaient à la vitesse de l’éclair. La journée s’était écoulée à une vitesse folle. Elle m’avait filée entre les doigts sans que je ne puisse rien y faire, sans que je ne parvienne à la stopper. Bon… Déjà, il fallait bien avouer que j’avais fait avancer le temps plus vite en ne me réveillant qu’en milieu d’après-midi suite à la folle nuit que j’avais passé hier à l’extérieur. Cette nuit qui ne me revenait que par bribes. Ce n’était que des souvenirs entrecoupés. Il ne s’agissait que de quelques photos tournant sur les réseaux sociaux. Je me rendais compte que j’avais été réellement beaucoup trop pété hier soir. Mais, bordel, je m’en foutais. Au moins, à mon réveil, j’étais seul et chez moi. C’était tout ce qui comptait pour le moment. Je me foutais bien la manière dont ma nuit s’était déroulée du moment que je ne risquais rien dans le présent et que personne ne pouvait m’importuner. J’avais pris une longue douche profitant de l’eau brûlante sur ma peau pour oublier tous les désagréments liés à ma sortie de la veille comme ce mal de tête qui me percutait vivement. À moitié nu, je m’étais concocté un petit déjeuner Irlandais que j’avais dégusté tranquillement seul devant ma télévision. M’étais-je assoupi ? Peut-être bien. Je ne savais plus exactement. Cependant, lorsque mon regard s’était posé sur l’horloge, le tic tac s’était accentué me pressant violemment. C’était le moment. Je devais me bouger les fesses. C’était aujourd’hui. Quoi donc me demandez-vous ? Bien en fait, j’avais un rendez-vous avec la sublime Makena. Ouais, un rendez-vous. Enfin… Je supposais que c’en était un. Je ne savais pas trop comment prendre cette invitation soudaine qu’elle m’avait lancée à la fête des Chi Psi. Ce repas en tête à tête au restaurant… Cela sonnait trop comme un couple. Cela sonnait tellement officiel. Je ne savais pas ce que la sublime blonde cherchait. J’ignorais totalement la manière dont la soirée allait se dérouler. Néanmoins, j’avais accepté et il m’était impossible de dire non à présent. Il ne restait qu’à peine deux petites heures avant le moment de notre rencontre. Alors, je m’étais levé en direction de ma chambre pour me préparer. Le stress m’avait aussitôt bouffé tout cru. Comment étais-je censé m’habiller ? Je ne faisais guère attention à ce genre de détail habituellement. Mais là… Je ne savais pas la raison de ce tête à tête, j’ignorais tout ce qui pouvait en découler. Et ça me rendait malade. Je ne pouvais pas y aller habillé comme dans la vie de tous les jours quand même. Cependant, sortir le costard pour cette occasion me semblait presque démesuré. C’était comme si je clamais haut et fort que notre rendez-vous était un rendez-vous galant. Et, cela ne l’était pas. Si ? Je mordillais ma lèvre sentant mes doigts tremblant et mon ventre se retourner. En un rien de temps, je me retrouvais dans la salle de bain à vomir mon repas. Et, quelques minutes à peine après, je glissais une pilule d’ecstasy sous ma langue. Rien qui ne me défoncerait réellement. C’était juste pour m’aider à tenir le cap. C’était simplement pour me donner le courage qui semblait me fuir. Cela au moins ça fonctionnait mieux que n’importe quel médicament contre l’angoisse. Au fil des secondes, je me sentais capable de me bouger. Je me sentais capable de me préparer et de rejoindre la magnifique Makena. Alors, je m’habillais sagement. Pas de costard, pas de tenue de tous les jours. Un juste milieu assez élégant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] qui n’en ferait pas trop je l’espérais. Un rapide coup de peigne, de brosse à dent ainsi qu’un peu de parfum et le tour semblait joué.

Quelques minutes après, mes prunelles bleues étaient rivés sur le miroir face à moi. Je déraillais complètement. Je crevais sous le stress qui me tordait le ventre. Était-ce normal ? Non, sans doute pas non. Merde. Les secondes s’écoulaient sans que je n’y prête la moindre attention. Depuis combien de temps n’avais-je pas réellement pris le temps de me regarder dans un miroir pendant si longtemps ? J’avais l’impression que ça faisait des années et c’était sûrement la vérité. Tous les miroirs de mon appartement étaient masqués ou retournés. Je n’y touchais pas me foutant d’arriver les cheveux en pétard à l’université, me foutant que mes vêtements ne se concordent pas le moins du monde. Cependant, aujourd’hui, les choses étaient différentes. J’avais glissé cette pilule d’ecstasy sous ma langue et le courage m’avait percuté. J’avais osé retourner ce miroir pour y jeter un coup d’œil, pour être certain que tout concordait aujourd’hui. Comme si ce qui allait se passer était réellement important. L’était-ce ? Franchement, pour tout vous avouer, je n’en savais foutrement rien. Et j’en avais trop mal au ventre de cogiter autant. Alors retournant de nouveau le miroir, j’enfilais mon manteau enfouissant mes mains dans les poches de celui-ci parce que je n’avais toujours pas investi dans des moufles qui me seraient pourtant si utile. Et, en quelques minutes, je me retrouvais sur le trottoir devant mon immeuble. J’hésitais un quart de seconde. Le taxi serait rapide et chauffé. Mais, ça me laisserait le temps de trop réfléchir. Ce n’était pas bon du tout. Il valait mieux que je marche. Alors, à moitié caché dans mon manteau, j’avançais dans les rues pour me rendre au restaurant britannique The Thomas Lord. C’était là-bas que la jolie Makena m’avait donné rendez-vous. C’était là-bas que nous allions dîner en tête à tête. Pourquoi exactement ? Je ne savais pas. Vers quoi tout cela allait nous mener ? J’en étais encore plus perdu. Et, il ne fallait pas que j’y pense parce que ça me donnait mal au ventre et envie de fuir à toutes jambes. Je soufflais comptant mes pas pour me concentrer. Je soufflais tentant de ne pas penser à ce qui m’attendait. Et, finalement, le restaurant se dessina rapidement sous mes prunelles bleues. Je jetais un coup d’oeil aux alentours. Pas de jolie demoiselle. Peut-être qu’elle s’était déjà installée. Ouais, sans doute. Alors, je rentrais dans le restaurant soufflant de contentement face à la chaleur qu’il y faisait. J’annonçais le nom de Makena et on m’indiquait une table dans le fond du restaurant. Une table isolée et à l’abri de la majorité des regards. Oh damn, elle ne me connaissait que trop bien et je ne savais pas si ça me plaisait ou si ça me foutait encore plus la frousse. Je m’approchais lentement retirant mon manteau en même temps. Et, elle était là. Sublime comme toujours. Magnifique comme chaque jour. Un sourire se dessina sur mon visage tandis que je me penchais vers elle pour déposer un baiser sur sa joue. Tirant la chaise face à elle afin de m’installer, je m’asseyais avant de lever mes prunelles bleues vers elle pour lui demander inquiet.

Hello bébé, je… J’suis pas en retard hein ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
❁ lama gladiateur ❁
❁ lama gladiateur ❁
personnage
postes : 751
informations
postes : 751

Re: I will rise and shine, even in the coldest night | Edan :: Lun 5 Fév - 0:09




I will rise and shine, even in the coldest night
feat. Edan

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Assise sur ma chaise, je commençais à paniquer toute seule. en réalité je ne savais pas comment allait se passer cette soirée. Est-ce que j'allais venir sur le sujet de ses autres relations, est-ce que j'allais devoir lui dire la chose que je n'arriverai jamais à lui dire? J'ai peur de lui dire que j'vais prendre mes distances parce qu'il brise mon coeur. Peur de le vexé qu'alors il m'avait en quelque sorte brisé. Je l'avais compris le blondinet. C'était facile de reconnaître avec qui il aurait pu avoir une aventure ou une sorte d'histoire d'amour. Surtout avec Malika. Ce jour-là javais envie de partir en courant pour pleurer toutes les larmes de mon corps. Mais Edan m'avait retenu. J'essayais de cacher ma jalousie, de cacher ma tristesse derrière des sourires mais au final ce n'était tellement pas convaincant que j'ai dû balancer un gros mensonge qu'il n'a pas cru non plus. Le temps passe; j'étais arrivée trop en avance. Mon talon tape rapidement le sol à des fréquences régulières, mon coeur s'accélérait. Fallait que je parte. Que je fuis. il fallait que j'annule. Mais je ne pouvais pas le planté comme ça à quelques minutes du rendez-vous, je n'arrivais pas à le planté tout court. Alors je patiente, stressée, je recherche un point de repère dans la salle.

Le temps passe, mon coeur panique. Mes prunelles bleues fixèrent la porte d'entrée du restaurant fin de voir l'arrivé d'Edan par ici. Soudainement sa silhouette se dessine derrière celle-ci. Je ne pouvais plus fuir.  Je pose mon regard ailleurs avant d'essayer de me calmer en soufflant. Le blondinet s'approche de moi, un sourire se dessine sur mon visage. Ses lèvres se déposent sur ma joue. Un contact si tendre qu'il me faisait oublier mes soucis par magie. Mon regard se pose sur lui, mon sourire reste sur mon visage, tandis que mes mains se serraient sous la table. "Tu es parfaitement à l'heure, ne t'inquiètes pas." Le serveur s'approche rapidement de nous avec la carte des menus pour les déposer sur la table. Je le remercie d'un hochement de tête avant de me reconcentrer sur Edan. "Bon alors comment vas-tu? Et racontes moi ce que t'as fait en Irlande, vu qu'on a pu beaucoup en parler à la soirée de ma confrérie?"

♡ ♡ ♡
MACFLY

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ptit coeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❁ pingouin viking ❁
❁ pingouin viking ❁
personnage
postes : 4348
informations
postes : 4348

Re: I will rise and shine, even in the coldest night | Edan :: Sam 3 Mar - 23:11


Damn, était-ce un rendez-vous officiel ou n’en était-ce pas un ? Que se passait-il réellement ce soir ? Je n’en savais fichtrement rien et la peur me compressait vivement. Ce dîner me stressait au plus haut point. Pour tout vous avouer, si nous avions pris mangé chez moi ou même si nous avions simplement pris une pizza ou un McDo, je n’aurais pas été autant stressé. Néanmoins, ce soir, tout le contexte changeait. Nous nous retrouvions dans un véritable restaurant pour un tête à tête. Malgré le monde autour de nous, ce serait juste elle et moi. Pourquoi faisait-elle ça ? Shit, je n’en savais rien. Il y avait tellement d’interrogations qui planaient dans l’air et je ne parvenais à y trouver aucune réponse comme si toutes celles-ci se trouvaient bloquées derrière un mur auquel je n’avais pas accès. Alors, je m’étais mis à paniquer seul chez moi sur ma tenue, sur mon apparence, sur la soirée en elle-même. Je m’étais mis à paniquer au point d’avaler une pilule miracle pour me donner du courage, pour me permettre de sortir de chez moi. Et, une fois une tenue élégante sans trop en faire enfilée, je m’étais rendu à ce restaurant où la magnifique demoiselle m’attendait déjà à cette table qu’elle avait sans doute réservée en pensant spécialement à moi. Nous étions isolés et à l’abri de tous regards comme j’aimais, comme j’avais besoin. Malgré la drogue avalé, malgré mon désir de me la jouer parfait petit Edan d’Irlande, je ne pu m’empêcher de lever le masque et de lui montrer une partie de mon inquiétude. Quelques secondes à peine et je prouvais déjà à quel point j’étais paniqué en questionnant la sublime Makena sur mon arrivée. Étais-je en retard ? Cela aurait été tellement possible que je n’en aurais pas été grandement surpris étant donné la journée qui venait de s’écouler. J’avais passé tellement de temps à roupiller pour récupérer de ma nuit dernière. J’avais passé tellement de temps à me préparer en stressant avant d’oser marcher jusqu’ici. Je n’avais pas pris la peine de tout anticiper ayant trop la frousse de penser à toutes les conséquences ou d’envisager des milliers de scénario. Tout me bouffait le ventre. Tout me rendait nerveux. Croyez-moi, sans cette pilule d’ecstasy que j’avais avalé un peu plus tôt, je ne serai même pas installé à cette table face à la demoiselle. Je n’en aurais pas été capable. Maky ne tarda pas à me rassurer pour me dire que j’étais parfaitement à l’heure. Une petite moue se dessina sur mon visage comme si je tentais de savoir si la blondinette me soufflait vraiment la vérité. N’était-elle pas en train de me mentir pour éviter une attaque de panique ? SI ça se trouvait, elle était assise à cette table depuis de trop longues minutes voir même une heure. Non… Non, ce n’était pas possible. Puis, la demoiselle n’allait pas me raconter un mensonge pour débuter notre soirée. Ce n’était pas la chose à faire si nous avions envie que cette soirée se déroule bien. Juste la croire. C’était facile encore plus lorsque le serveur détourna mon attention en déposant la carte des menus. Je lui offrais un sourire de remerciement. Toute mon attention fut bien trop rapidement reportée sur Makena car la demoiselle se mettait à me questionner pour me demander comment j’allais. Malgré moi, je grimaçais à cette interrogation. Se doutait-elle que je n’allais pas aussi bien ? Se doutait-elle du stress qui pulsait en moi à cet instant ? Je savais parfaitement que je venais de dire qu’il ne fallait pas débuter la soirée avec des mensonges, mais parfois il était utile de ne pas dire toute la vérité. Je m’attendais peut-être à cette interrogation banale comme pour débuter notre soirée sur un terrain neutre. Néanmoins, l’autre question qui suivit m’interpella tellement plus. Je ne pu m’empêcher de me raidir sur ma chaise. Elle me demandait ce que j’avais fait en Irlande car nous n’avions pas pu beaucoup en parler à la soirée de sa confrérie. Je me raidissais parce qu’elle commençait clairement par le trop mauvais sujet sans même en avoir conscience. Pour elle, ces vacances avaient sans doute était bonnes. C’était ce que je soufflais à tout va. C’était ce que je désirais que les autres pensent. Cependant, pendant ces vacances, l’enfer m’avait bouffé tout cru avec ce viol dans cette ruelle. Je fermais les yeux un instant comme pour me donner du courage et oublier l’image qui s’était imposé dans ma tête et qui m’avait poussé à me raidir sur ma chaise. JE fermais les yeux comme pour parvenir à jouer la comédie. Et, après un soupir, j’haussais les épaules ouvrant les yeux pour planter mes prunelles bleues dans celles de Makena avant de lui répondre simplement.

J’vais bien bébé, j’vais bien et toi ? Oh… Euh… T’sais, c’était banal en fait. J’ai revu des amis de là-bas, j’ai traîné avec eux, j’ai traîné à certains endroits où j’allais quand j’étais ado, j’ai fais la fête puis je… J’ai juste profité de l’air Irlandais en fait

Bravo Edan, franchement bravo. Pendant ma réponse, j’avais fini par baisser les yeux sur la table de ce blanc immaculé. Je m’étais mis à fixer cette nappe comme si elle avait le pouvoir de faire quelque chose pour m’aider. En vérité, il s’agissait plus d’une question de dire des mensonges. Je n’aurais guère été capable de souffler mon demi-mensonge à la demoiselle en la fixant dans les yeux. Je ne pouvais pas lui mentir de cette manière. C’était trop me demander. Enfin… Je ne mentais pas réellement dans le fond. Je soufflais vraiment ce que j’avais fait en Irlande. Tout avait été assez banal entre revoir ces anciennes connaissances, retrouver ces anciens endroits, faire la fête et profiter de me retrouver à la maison. Ce n’était que la vérité et tout était arrivé même si ce n’était pas dans cet ordre et que j’aurai clairement pu détailler tellement plus. Néanmoins, je balançais tout ça en prenant soin de masquer ce qui m’était vraiment arrivé là-bas et qui aurait mérité qu’on y prête de l’attention étant donné la détérioration de mon état. Je passais sous silence ce viol qui n’était connu de personne d’autre que moi et Félix – oh et mon agresseur bien sûr. Et, je n’avais pas été capable de le faire en la fixant dans les yeux. J’haussais une nouvelle fois les épaules comme le dernier des idiots, comme pour souffler qu’il n’y avait rien de plus à raconter, comme pour balancer que la réponse était close et que je n’avais rien à y ajouter. Je ne parvenais pas à savoir si mon comportement était normal ou s’il pousserait la jolie blonde à se poser des questions sur mon séjour à Dublin. Peut-être qu’elle se dirait simplement que je n’avais pas envie d’en parler plus que cela et qu’elle lâcherait l’affaire. Peut-être qu’elle se contenterait de ces mots qui en disaient déjà tellement. Ou peut-être que la blondinette allait se mettre à vouloir jouer à la détective en comprenant que quelque chose clochait. Je n’en savais rien. Et, le stress repointait le bout de son nez me donnant envie de fuir le restaurant. De toute manière, mon ventre était si tordu que je n’étais pas certain de pouvoir avaler quoi que ce soit. Je ne cessais de trifouiller mes doigts entre eux, les tournant et les retournant incapable de rester inactif. Je mordillais tantôt ma langue, tantôt ma lèvre pour ne pas me mettre à agiter ma jambe sous ce stress qui ne cessait de monter. J’étais dans la merde. Je me sentais tellement mal que j’avais envie de glisser une cigarette entre mes lèvres pour tirer dessus et me calmer le plus rapidement possible. Malheureusement pour moi, mes yeux bleus rencontrèrent le panneau d’interdiction de fumer et je me savais foutu. J’avais envie de jurer et je ne le faisais pas. JE me comportais juste comme ce gosse un peu trop étrange. L’alarme retentissait vivement dans ma tête comme si mon cerveau était en train de réfléchir à une quelconque issue de secours pour me tirer de là et nous entraîner sur une autre piste. Attaquer. Attaquer. Attaquer. Ouais, c’était tout ce à quoi je pensais en cet instant précis. Si je questionnais la demoiselle, elle aurait peut-être moins de chance d’en venir à me questionner moins. Elle laisserait peut-être tomber. Mais, pour cela, je me devais de trouver la question parfaite. La question qui finirait par désarçonner la blondinette au point qu’elle oublie le reste. La question qui pourrait foutre notre tête à tête en l’air peut-être. Je mordillais ma lèvre levant de nouveau les yeux vers Maky. J’avais l’interrogation parfaite. Je savais les mots que je devais souffler. Quelque chose que j’avais besoin de comprendre concernant notre tête à tête de ce soir. Ces interrogations à la blondinette me permettraient de la tenir à l’écart de questionnements à mon égard tout en me permettant d’oublier ce stress me bouffant parce que je saurai la signification de ce soir. Alors, après avoir humidifié mes lèvres, je babillais soudainement.

Makena… Je… J’voudrais comprendre… Pourquoi ce rendez-vous ? J’veux dire tu… T’étais pas obligée et je… Est-ce que tu as quelque chose de grave à me dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
personnage
informations

Re: I will rise and shine, even in the coldest night | Edan ::


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Rise N'Shine Champion talks about his match against Dolph Ziggler
» The futur champion [Rise N'Shine n°1 match a KOTR]
» MARLENE MOIRA HAYWORTH ♦ I used to shine bright like that diamond until that day.
» you make me shine ▲ shane
» Il Kwon ▲shine bright like a diamond.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum